RPGK! - rpgkingdom.netRPGK! - rpgkingdom.net  
I'm your boss, kupo! - Mog, Final Fantasy VI 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Article Array

Articles Divers Articles Divers

Lexique: Les genres de jeux
(Ecrit le 29-03-2004 par Lee Perry)
0 commentaire(s)



:: Action Aventure

Type de jeu mêlant l’aventure comme on peut en trouver dans un rpg classique, en y ajoutant une dimension d’action pure et dure.
Ainsi, dans ce type de jeu, on doit bien souvent gérer son (ou ses) personnages à la manière des jeux de rôles mais en occultant volontairement certaines des caractéristiques majeures dont bénéficient les rpg comme la notion d’expérience ou encore la customisation complète de son équipe.
Volontairement car il faut, comme son nom l’indique, que ce type de jeu soit dynamique et plus accessible.
Ce qui passe par une simplification des menus et par un système de combat temps réel nettement plus vivant que le système « tour par tour » du jeu de rôle.
Les jeux les plus connus de cette catégorie sont Zelda, la série des Seiken Densetsu, des Alundra ou encore des Story of Thor.

Les jeux Action Aventure en 2004 :

Les jeux typés action aventure rencontrent encore un franc succès de nos jours, même si les jeux proposés sont souvent des suites. Ainsi, des jeux comme Kingdom heart ou Sword of Mana continuent de passionner les joueurs, ce qu’on bien compris les développeurs car la fréquence des sorties pour ce type de jeux est toujours relativement élevée.






:: Arcade

Terme désignant a la base le meuble trouvé dans les salles de jeux et sur lequel on pouvait connecter de grandes cartes pleine de processeurs et autres, qui contenaient les jeux.
Ces cartes se divisent en deux formats :
Le format JAMMA qui a été instauré au japon afin que toutes les cartes soient compatibles avec l’ensemble des meubles (bornes)
Et le format MVS instauré par la divine firme SNK, qui simplifiait l’utilisation de ces cartes (qui ne sont pas nues mais dans une cartouche, contrairement au format JAMMA) et permettait d’en brancher plusieurs sur une même borne (borne « multislot »).
Enfin, Capcom a également développé son propre système arcade nommé CPS.

De nos jours, ce terme désigne plutôt un type de jeu que l’on retrouvait souvent dans les salles de jeu.
C’est a dire des jeux dans lesquels l’action prime, qui demandent peu de réflexion mais qui procurent un excellent divertissement.
On peut dire qu’ils sont l’inverse d’une simulation et les plus connu sont Out Run, Space Harrier, Ridge Racer ou encore la série des Mortal Kombat.
Les grands leaders de cette discipline étant SEGA, NAMCO ou encore CAPCOM.

Les jeux d’arcades en 2004 :

En ce qui concerne les salles de jeux, il n’y a plus guère qu’au Japon qu’elles subsistent car les consoles modernes sont en général équivalente à ces bornes en terme de puissance. Les joueurs n’ont donc plus besoin de dépenser des fortunes pour en prendre plein les mirettes.
Par contre pour les jeux typés arcade, il n’y a pas de risques de les voir disparaître. Leur accessibilité et leur fun leur assurant un succès continue.






:: Beat Them All

Comme son nom l’indique, vous devrez dans ces jeux, « tous les taper ».
Ainsi, vous devrez vider l’ écran de tous les méchants que ce dernier contient en utilisant les divers coup que chacun des persos a à sa disposition.
Cependant, ce type de jeu n’est plus vraiment à la mode et il est vrai qu’il est aussi très basique dans son concept et dans son déroulement.
Ceci dit, les développeurs n ‘ont jamais vraiment fait les efforts nécessaires pour renouveler le genre ce qui explique que les Beat them all soient tombés en désuétude.
Les plus connus sont Double Dragon, la série des Street of Rage ou encore Final Fight.

Les beat them up en 2004 :

Depuis l’époque des 16 bits, les beat them up n’ont plus trop la cote et rare sont les éditeurs qui se risquent à sortir des jeux de ce genre. De plus le principal problème de ces jeux ne s’est pas résolu avec le temps puisque ils sont e général toujours aussi répétitifs. Ceci dit, Capcom s’est remit a l’œuvre avec Viewtiful Joe qui, pour une fois, propose un minimum de profondeur en plus de son esthétique ravageuse.






:: Combat

J’imagine que tout le monde connaît le principe simplissime de ces jeux, mais pour ceux qui auraient vécus dans une grotte ces 20 dernières années je vais préciser.
Vous devrez donc vous battre en un contre un, face à un adversaire et utiliser les différents coups à la disposition de votre personnage pour gagner.
Evolution des Beat them all, les jeux de combats sont devenus très populaires avec le phénomène arcade.
En effet, les principaux développeurs de jeux d ‘arcade que sont Capcom Sega et autre Namco on tous développé une série de jeu de combat phare, qui a su fédérer les joueurs.
Tout a véritablement commencer avec l’apparition de Street Fighter 2 sur borne d’arcade.
Ce fut un succès immédiat, ce qui obligea les concurrents de Capcom a s’engouffrer dans cette brèche pour ne pas être délaissé par le public.
Le premier concurrent sérieux du hit de Capcom nous vient de chez SNK, autre développeur de génie en arcade qui sortira le fameux Fatal Fury. La course au meilleur jeu de baston 2D était lancée entre ces deux firmes et peu de développeurs allaient se risquer à s’immiscer dans cette lutte. Seul Mortal Kombat de Midway allait tirer son épingle du jeu en proposant des digitalisations de véritables acteurs ainsi qu’une action très violente accompagnée d’un véritable déluge de sang.
Puis, Sega par le biais de Yu Suzuki révolutionnera une nouvelle fois le genre en proposant aux joueurs un jeu intégralement en 3D (non texturée mais qui mettait une claque à l’époque), Virtua Fighter. Le monde de la baston allait entrer dans l’ère de la 3D et Sega et Namco avec sa série Tekken, allaient devenir les nouveaux étalons de ce genre. Capcom et SNK ont bien tenter de développer des jeux en 3D mais sans trop de succès. Mais les deux écoles (2D et 3D) on finies par se partager le marché de la baston sans qu’aucun ne soit véritablement hors course.
Les grands classiques sont Street fighter, Fatal Fury, Tekken, King of fighters et Virtua Fighter.

Les jeux de baston en 2004 :

Rien à craindre pour les jeux de baston qui perdureront tant qu’il existera des consoles. Ceci dit, et comme souvent, il y a très peu d’innovation dans ce genre, à part l’aspect graphique.
La seule chose à signaler étant le fait qu’il reste de nombreux fan de jeux de baston 2D (Capcom et surtout SNK), dont je fais partie, et qui préfère ces jeux old school pour leur plus grande technicité.






:: FPS / Doom Like

Type de jeu dans lequel vous évoluez grâce à une vue subjective (à la première personne) et durant lesquels vous devrez faire parler la poudre pour arriver à vos fins. En effet, vous serez bien souvent armé jusqu’au dents afin d’éliminer une armée d’assaillants.
Le FPS est un genre très répandu sur PC car la fameux duo clavier-souris se prête à merveille à ce type de jeu. De plus, les premiers étaient exclusifs au PC car il fallait des machines puissantes pour gérer l’environnement 3D de ces jeux. Les deux premiers FPS à s’illustrer sont Wolfenstein et le cultissime Doom. Ce dernier donnant même son nom au genre.
Mais avec l’arrivée des consoles 32 bits, les FPS se sont démocratisés sur console même si ce sont en général des conversions de jeux PC existants.
Le fait que la plupart de ces jeux soient jouables en ligne sur PC a également contribuer au développement de la communauté des fans de FPS comme on peut le constater avec le phénomène Counter Strike.
Enfin , on peut remarquer que les FPS console sont bien souvent plus simples et accessibles que leurs homologues PC comme le prouve la conversion récente de Rainbow Six 3 sur X box et PS2.
Les plus connus étant Doom, Duke Nukem, Half life et Golden Eye / Perfect Dark.

Les FPS en 2004 :

Ce genre étant assez récent, il est donc en plein essor et est donc en perpétuelle évolution.
C’est même un des rares genres de jeu qui évolue régulièrement bien que cela soit surtout valable pour les hits qui bénéficient de toute l’attention des développeurs.






:: Gestion

Les jeux de gestion sont très variés mais ils ont tout de même un point commun. Vous devrez, avec des ressources limitées, développer votre armée, votre ville, votre parc d’attraction ou encore votre club de foot et ce, à votre convenance.
En général, ces jeux sont complexes car ils mettent a votre disposition énormément d’outils et de paramètres à gérer. Et c’est précisément cette somme d’outils et de paramètres qui donne à ce typez de jeu tout son intérêt et toute sa profondeur car le jeu devient très immersif du fait de son réalisme très poussé.
D’ailleurs, la réalisation technique du soft passe bien souvent au second plan, l’essentiel du travail des développeurs étant axé sur les possibilités offertes par le jeu ainsi que sur son réalisme dans la plupart des cas.
On retrouve bien souvent ce type de jeu sur PC car les sauvegardes sont assez gourmandes en espace. Et lorsque ces jeux sont convertis sur console, ils sont bien souvent moins poussés que leurs homologues PC.
Les plus connus étant Sim City, l’Entraîneur et la série des « Theme »

Les jeux de gestion en 2004 :

Les jeux de gestion suivent leur chemin tranquillement, proposant chaque année une suite ou un Add on suivant le support. La aussi les évolutions sont assez nombreuses au fil de ces suites. Par exemple, l’Entraîneur devient aujourd’hui presque aussi prenant (surtout en terme de temps) que le métier dont il s’inspire.






:: MMORPG

Abréviation de « Massively Multiplayer Online Role Playing Game » que l’on peut traduire par Jeu de Rôle Massivement Multijoueur en Ligne.
Ces jeux sont en fait des RPG traditionnels auxquels on peut jouer en ligne et qui bénéficient d’un univers persistant, c’est à dire un univers qui évolue sans cesse afin de faire perdurer le monde et ainsi proposer aux joueurs une aventure sans fin (théoriquement).
Certains MMORPG permettent aux joueurs d’incarner un personnage qui pourra avoir différents rôles dans ce monde, que ce soit un rôle militaire ou encore un rôle « social », ce qui permet ainsi de varier les expériences de jeu et de ne pas systématiquement se cantonner au combat.
Les grands classiques sont Ultima Online et le récent Star Wars Galaxy.

Les MMORPG en 2004 :

Pour ce genre très récent nous suivons son histoire en temps réel en quelque sorte donc pas la peine de faire son historique.






:: Plateforme

Type de jeu roi sur console, ce genre est même le fer de lance de certaine société comme Sega et Nintendo. Ces derniers, avec les deux mythes que sont Sonic et Mario, on su imposer leur savoir faire à tel point que ces jeux sont devenus des références du genre et ce encore aujourd’hui. Le but est simple, vous contrôlez un personnage qui devra franchir les niveaux en sautant de plateformes en plateformes (d’ou le nom) et en se débarrassant des différents ennemis rencontrés. Toujours très simples à prendre en main, ces jeux sont destinés à un public jeune et aux hardcore gamers qui sont bien souvent nostalgiques de ces jeux qui ont bercés leur enfance. Les seules variations entre les différents jeux de ce type se situent au niveau du gameplay et au niveau du monde à traverser. Sinon les jeux restent assez identiques dans leur déroulement.
Les plus connus sont donc Sonic et Mario, Crash Bandicoot ou encore Jak and Daxter.

Les jeux de plateforme en 2004 :

Comme pour les jeux action aventure, les jeux de plateforme évoluent peu, hormis graphiquement. Car comme pour l’action aventure, ces jeux sont très souvent des suites qui reprennent les ingrédients de ses prédécesseurs. Et même si certains éditeurs font des efforts (Sega par exemple) on reste en terrain conquit. Pas ou peu de surprises dans ce genre.






:: RPG

Donner la définition de ce que sont les RPG sur ce site peut paraître bête mais ça ne l’est pas tant que ça en fait. En effet, beaucoup de joueurs s’imaginent que le terme RPG désigne les jeux de rôles consoles comme l’incarne si bien la série des Final Fantasy.
Cependant, cela n’est pas tout à fait vrai. Car à la base, ce terme désigne les jeux de rôles type donjons et dragons qui se jouent sur plateau, les joueurs étant face au maître du jeu, ce dernier faisant office de scénariste, d’arbitre et ayant en charge de faire combattre les monstres de son aventure.
Bien sur, le RPG console s’est largement inspiré du fonctionnement et du background de ces jeux de rôles sur plateau. C’est pour cette raison que l’on a gardé cette nomenclature. Les caractéristiques communes se situent surtout au niveau des systèmes de classe (guerriers, voleurs, mages…) et également au niveau de l’évolution du personnage qui se fait par le biais de points d’expérience.
Le but du jeu est donc de parcourir un scénario donné avec les personnages proposés par le soft (en général vous devrez sauver le monde d’une fin horrible), personnages qui évolueront au fil de l’histoire grâce aux fameux points d’expérience, récoltés au terme des multiples combats que vous ne manquerez pas d’effectuer au court de votre périple.
Ces jeux sont souvent très long à finir (entre 30H et plus de 200H parfois) mais sont, pour ceux qui accrochent au concept, extrêmement prenants.
On peut également remarquer que les productions nippones et les productions occidentale (Etats-Unis et Europe) sont assez différentes, car les éditeurs occidentaux s’appuient bien souvent sur les RPG traditionnels (donjons et dragons) alors que les éditeurs nippons privilégient l’aspect manga dans leurs softs.
Mais la majorité de ces jeux viennent d’éditeurs japonais, ces derniers étant très friands de RPG.
Les plus célèbres étant la série des Final Fantasy ou encore celle des Baldur’s Gate pour les éditeurs occidentaux.

Les RPG en 2004 :

La fièvre du RPG a touchée le Japon et n’est pas prête de se dissiper. Et cette même fièvre commence sérieusement à toucher l’Europe. Les nouveaux formats de stockage que sont le CD et le DVD ont permis à ce genre de prendre une autre dimension en étoffant l’aspect technique de ces softs (graph et musiques) mais aussi en permettant aux développeurs de réaliser des scénarii complexes qui s’appuient sur une grande quantité de dialogue parfois même parlés. Ce type de jeu évolue donc en même temps que les consoles. Pour les jeux s’appuyant sur les règles ADD, ils évoluent en même temps que ces règles.






:: Shoot them up

Comme pour le combat et les beat them up, ce genre a connu son heure de gloire dans les salles d’arcade, ce type de jeu s’y prêtant parfaitement car l’action y est soutenue et les parties rapides.
Vous devrez donc prendre les commandes d’un avion, vaisseau ou tout autre appareil volant afin de traverser les niveaux et de vous défaire des armées d’ennemis qui fondent sur vous sans relâche. Ici pas ou peu de réflexion, il suffit de tirer vite et bien, et de se faufiler au milieu du déluge de tirs qui caractérise les shoot them up.
Ceux-ci sont divisés en deux catégories, les shoot à scrolling vertical et les shoot à scrolling horizontal. Mais les différences ne sont qu’esthétiques car le déroulement du jeu reste le même quel que soit le scrolling choisi par le développeur.
La encore, la majorité de la production vient du Japon, certains éditeurs étant passés maître en la matière.
Les jeux à ne pas rater sont R-Type, Thunderforce et les deux perles que sont Radiant Silvergun et Ikaruga que l’on doit aux génies de chez Treasure.

Les shoot them up en 2004 :

Faire évoluer ce genre d’une autre manière que graphiquement est assez délicat. Cependant, certains jeux ont réussit à innover en ajoutant une dimension de réflexion comme les deux shoot de Treasure ou encore comme Twinklestar Sprites de SNK. Mais de nos jours, peu de jeux de ce type sortent sur consoles, le genre étant un peu délaissé par les joueurs et les éditeurs.






:: Simulation

Les simulations ont un but simple. Vous faire revivre le plus fidèlement possible les sensations ressenties lors de sports ou de pratiques souvent élitistes.
Ainsi, vous prendrez dans ce type de jeu les commandes d’un avion de chasse ou de ligne, le volant d’une voiture de sport ou encore le contrôle d’un robot géant (Mechas) au cours d’un conflit.
Tous les détails sont fidèlement retranscrit dans ces jeux et ils sont donc de ce fait assez délicats à prendre en main comme l’illustre parfaitement le fameux Flight Simulator de Microsoft.
Le mot d’ordre n’est donc pas le fun dans une simulation mais plutôt le réalisme, même si le fait de contrôler parfaitement son véhicule apporte une certaine joie au joueur, joie qui récompense les nombreux efforts consentis par le joueur pour maîtriser son sujet.
Là encore, on retrouve la majorité de ces jeux sur PC car ce sont les seuls plateformes qui ont permis de développer des jeux aussi pointus jusqu'à l’arrivée des consoles modernes.
De plus, le public PC étant plus âgé que celui de la console, il était plus logique de développer ces jeux sur ce support.
Les incontournables étant Flight Simulator et Gran Turismo (avec le volant à retour de force) pour la simu automobile.

Les simulations en 2004 :

Les principales simulations sont également des suites en général, du moins pour les grands classiques. Mais les avancées technologiques permettent à ces jeux de se renouveler car l’intérêt repose sur le réalisme du soft, réalisme qui dépend des possibilités des systèmes sur lesquels sont développés ces jeux. Ainsi, la série des Gran Turismo est devenue de plus en plus pointue au fil des épisodes en proposant de plus en plus de paramètres à gérer pour le joueur. Dernièrement, on a vu arriver une simulation de Mechas extrêmement poussée car ce jeu se joue avec un poste de pilotage comprenant plus de 45 touches. Pour ce jeu (Steel Batallion sur Xbox), le réalisme est poussé à un niveau rarement atteint, permit par la puissance de la console et par la qualité du poste de pilotage.






:: Survival Horror

Les Survival Horror plongent le joueur dans une ambiance sombre, violente et parfois même malsaine, afin de faire naître chez le joueur le sentiment de peur et d’appréhension.
A l’instar des films d’horreur, les lieus visités seront surtout des manoirs lugubres, des lieus désaffectés ou encore des forets inhospitalières, les visites se faisant principalement de nuit pour accentuer l’effet recherché.
Le premier jeu du genre est l’œuvre d’un studio français (Infogrames) j’ai nommé Alone in the Dark. Depuis, le genre n’a évolué que graphiquement car les clones de ce jeu n’ont pas su bouleverser le genre. Ceci dit, le célèbre Resident Evil de Capcom a réussi a voler la vedette a son aîné sans pour autant transcender les bases établies par le jeu d’Infogrames.
Vous serez donc bien souvent seul, sommairement armé et perpétuellement à la recherche de trousses de soins pour soigner vos bobos occasionnés par des ennemis aussi retors qu’antipathiques. Et c’est précisément le fait de survivre dans cet environnement hostile qui déclenchera la peur chez le joueur.
Ce type de jeu étant assez récent, il n’y a pas énormément de titres proposés.
Mais les incontournables sont les deux cités dans le texte mais aussi la série des Silent Hill qui est étonnamment adulte et celle des Dino Crisis qui fleure bon les films de série B.

Les survival horror en 2004 :

Ce genre récent également à tout de même su se renouveler rapidement grâce à des séries comme Silent Hill. En effet, ce jeu bénéficie d’une ambiance très adulte qui tranche avec la majorité des jeux et qui semble s’adapter parfaitement à ce style. Hormis cette série, il faut avouer que les jeux se ressemblent et que la peur que l’on doit ressentir dans ces jeux s’estompe au fil des épisodes, car les effets de surprises deviennent assez prévisibles.
Ce genre étant à la mode, il y a de nombreux titres de ce genre qui sortent mais la qualité n’est pas forcément au rendez vous.






:: Tactical RPG

Variante des RPG classiques, les tactical sont d’avantage axés sur les combat et sur la stratégie nécessaire pour remporter ces derniers. Vous aurez également une trame scénaristique développée mais l’aspect recherche (dans les villes et villages) est volontairement reléguée au second plan.
Les combats se déroulent en général sur une carte quadrillée, à l’instar d’un échiquier, sur laquelle vous devrez vous déplacer case par case. Vos attaquent sont elles aussi soumises aux même restrictions. Par exemple, l’attaque à l ‘épée n’aura qu’une case de portée alors que les sorts et les armes a distance pourront toucher plus loin. Vous devrez donc planifier vos attaques et le placement de vos joueurs afin d’adopter une stratégie cohérente durant les combats. La customisation de vos perso tient également une place prépondérante dans ce type de jeu avec notamment un système de classe plus développé que dans les RPG classiques.
Le joueur passe d’ailleurs une bonne partie de son temps à l’affinage des ses stratégies et de son groupe de personnage.
Hormis ces différences, le fan de RPG traditionnels ne sera pas dérouté outre mesure puisque les tacticals RPG reprennent les ingrédients principaux du genre dont ils s’inspirent.
La encore, les productions sont presque exclusivement nipponnes.
Les chefs d’œuvre du genre sont Final Fantasy Tactics, Ogre Battle, Dragon Force, Shining Force et Front Mission.

Les tactical rpg en 2004 :

Les tactical ont toujours représentés une faible part des RPG sortis. Et cette tendance semble se confirmer car rare sont ceux qui développent des jeux de ce type. De plus, il est encore plus rare que ces productions sortent de l’archipel nippon. Donc on peut dire que les tactical suivent leur cour sans qu’il y ait de réel révolution mais certains se démarquent de la concurrence comme l’a fait Dragon Force en son temps. Le denier en date étant Final Fantasy Tactics Advance mais ce dernier s’appuie sur son aîné sortit sur PS1.






:: Shoot (au gun)

Ici, rien de sorcier. Vous tenez en main un gros pistolet en plastique qui se veut d’être ridicule. Et vous devrez tirer sur tout ce qui se présente à l’écran (sauf les otages). Pour se faire, vous devrez suivre le chemin établi par les programmeurs car ces jeux sont tous réalisés en 3D précalculée (non pas Duck Hunt, c’est vrai…). Limités au niveau de leur durée de vie, ce type de jeu n’en est pas moins défoulant car l’action y est continue.
Longtemps réservés aux salles d’arcades (hormis les Duck Hunt et consorts qui étaient assez limités) , ces jeux se démocratisent peu à peu sur console.
Ceux qui doivent faire partie de votre ludothèque sont Duck Hunt (hihi…), Virtua Cop, Time Crisis et le mythique Elemental Gearbolt

Les shoot en 2004 :

La aussi, les éditeurs s’appuient sur des jeux existants en sortant des suite. Mais les différences sont graphiques et à part Time Crisis qui donne la possibilité au joueur de se cacher derrière le décor, il n’y a pas de réel innovations. Seul Elemental Gearbolt ajoute une connotation RPG à ce genre en faisant évoluer votre personnage à l’aide de points d’expérience.






:: Wargames

Dans un wargame, vous prendrez le control d’une armée et votre but sera d’anéantir la ou les armées des vos opposants. La plupart du temps, vous verrez l’action par le biais d’une camera située au dessus de l’action, ce qui permet de mieux visualiser le champ de batailles et vos constructions.
A la manière des jeux de gestion, vous devrez composer avec des ressources limitées pour agrandir votre armée et vos infrastructures, bien souvent en les récoltant. Les ressources sont en général à la disposition de l’ensemble des camps ce qui confère une importance stratégique capitale à la récolte de ces ressources.
Vous devrez donc gérer au mieux cette richesse mais aussi bien planifier vos stratégies en pesant le pour et le contre pour chaque unités de votre armée.
Ces jeux bénéficient d’une énorme durée de vie qui peut s’allonger car de nombreux soft jouissent d’un éditeur de scénarii et de cartes assez poussé.

Les wargames en 2004 :

Encore une fois, l’essentiel des wargames proposés à ce jour sont des suites et rare sont celle qui parviennent à renouveler ce type de jeu. Depuis Starcraft qui proposait trois races différentes au lieu de deux habituellement il n’y a pas eu de grandes nouveautés et les innovations sont comme souvent d’ordre technique. Mais cela n’empêche pas Warcraft 3 d’être excellent.






:: Point and Clic

Ce type de jeu assez particulier a été très souvent adulé par les joueurs PC car ces jeux demandaient a l’époque des machines assez puissantes.
Le but du jeu était bien souvent d’enquêter sur une affaire, a l’instar d’un détective, et ainsi réunir différents indices afin de progresser dans l’histoire.
Le joueur doit pour se faire utiliser le pointeur de la souris pour interagir avec le décor ou avec les personnages rencontrés.
Donc vous devez pointer la souris sur ce qui vous intéresse et cliquer, d’ou le nom du jeu.
Bien souvent difficile, avec des énigmes tirées par les cheveux, ce genre s’adresse a un public averti.
Les plus connus sont la série des Monkey Island et celle des Chevaliers de Baphomet sans oublié l’ovni videoludique Myst (et ses suites).

Le Point and Clic en 2004 :

Ce genre étant assez particulier, il y a assez peu de nouveautés. Et ces jeux ne sont pas vraiment propices aux changements car le but est à la fois simple et immuable. La seule chose à noter est le passage à la 3D pour certains jeux comme les Chevaliers de Baphomet ou encore pour le dernier épisode de Myst. Mais cela ne change en rien le fond de jeu.






:: Réflexion

Les jeux de réflexion sont présent depuis les débuts des jeux vidéo, car ils sont en général assez basiques techniquement, et n’ont donc pas besoin d’un système puissant.
Ces jeux ont donc pour but de remuer vos petites méninges soit en empilant des formes géométriques diverses, soit en alignant des petites boules de la même couleur.
Enfin je ne vais pas m’attarder sur ce sujet puisque je pense que tout le monde voit de quoi je parle.
Mais on peut remarquer quand même que ce sont les consoles portables qui compte de nos jours le plus de jeu de ce type, ce support s’y prêtant plutôt bien.
Le fameux Tetris d’Alexey Pajitnov est le jeu emblématique de ce genre, mais d’autres jeux ont également fait parler d’eux comme Columns ou encore comme l’excellent Bust a Move de Taito.

Les jeux de réflexion en 2004 :

Inventer un nouveau concept pour un jeu de réflexion est aussi difficile que lucratif. Les nouveaux jeux sont donc là aussi des suites ou des dérivés de jeux connus et mis à part Monkey Ball, les joueurs sont en terrain connu car les jeux restent les même depuis des années. On ne compte plus les épisodes de Tetris, ni les Columns et autre Puzzle Bobble.





Lee Perry

 
 
Fin page Fin page