RPGK! - rpgkingdom.netRPGK! - rpgkingdom.net  
I am Alpha and Omega, the beginning and the end, the first and the last. - Intro - Xenogears 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Article japanime Array

Articles Japanime Articles Japanime

Mangas & Japanime
(Ecrit le 03-12-2004 par Strawenix)
9 commentaire(s)



Bonjour à tous! Bienvenue dans le monde du manga et de l’animation japonaise… Je suis ici pour vous présenter un peu cet univers fantastique qui est un genre littéraire et cinématographique à part entière, mais qui est malheureusement encore trop peu connu du public français. Comme le monde du manga est très proche du monde du RPG console, un type de jeu également issu de la culture japonaise, il est indispensable que je vous présente cet univers si vous ne le connaissez pas encore, ou que je vous remette un peu dans le bain si vous connaissez déjà votre sujet… Ainsi c’est une présentation globale mais aussi complète que possible que je vais faire tout au long de cet article, afin que vous puissiez avoir une vision d’ensemble du phénomène anime-manga au Japon, mais aussi en France où le genre a pris de l’essor ces dernières années. L’article est découpé en plusieurs rubriques regroupant des informations sur le sujet:


Kesako ? Qu’appelle-t-on “anime” exactement? Quel livre peut on qualifier de “manga”? Ou les trouver? Y’en a en France? (ok j’abuse un peu tout le monde sait qu’il y a des mangas en France… ;P ) De quoi ça parle…? Je suis sûre que vous aussi vous avez eu des moments où vous vous êtes posés des questions existentielles…

L’historique raconte l’évolution du genre, des premières publications Japonaises à la distribution de milliers de titres en plusieurs langues dans le monde entier, de la première diffusion dans une petite salle perdue dans une grande ville japonaise à la distribution dans nos salles obscures…

Le vocabulaire regroupe les termes habituellement utilisés par les auteurs et/ou les fans mais qui sont inconnus dans la vie courante ( “hein? Un quoi? Shonen? Maisquestcequeturacontes?” Naan, me dites pas que ça ne vous est jamais arrivés… votre nez va exploser l’écran de votre PC!)

Les incontournables c’est une liste d’animes (séries, OAV ou films) et de mangas, les meilleurs pour moi ( et ça a été difficile de choisir!) avec une brève description afin que vous puissiez faire un choix entre les différents titres que vous ne connaissez pas encore, et les découvrir…

Commercial, sujet incontournable… qui dit phénomène qui marche dit phénomène commercial… Découvrez derrière les oeuvres tous les produits dérivés qui allègent les portefeuilles des fans, habillent les chambres et les apparts… Des bandes originales aux porte clés en passant par les artbooks et les posters, un phénomène “goodies” très japonais.





Bon, je crois qu’on arrive à la fin de l’introduction… venez par ici, qui que vous soyez, d’où que vous veniez, que vous soyez novice ou expérimenté, suivez le guide! Attention le car va partir, ne passez pas vos mains par la fenêtre, les issues de secours sont à l’avant et à l’arrière de l’appareil… bon voyage !



KESAKO ?

Les animes (prononcé à la française a-ni-mai) ou encore Japanime, regroupe en fait les films d’animation japonaise. Contrairement aux cartoons américains, les animes ne sont pas uniquement destinés aux enfants mais aussi aux adultes avec des sujets graves, philosophiques ou… adultes, dirons-nous. Si la plupart des animes ciblent les jeunes, il existe tout de même des séries faites uniquement pour les adultes, pour les businessmen par exemple. Il existe plusieurs genre d’anime tout comme on peut voir plusieurs genres de films : les animes pour garçons, pour filles, les romances, les histoires de guerre, heroic fantasy, science fiction, mechas (animes basés sur des robots), contes de fées, pornographie, samurais etc.



A gauche: mechas anime Gundam Wing, a droite, Shojo (manga pour filles) Card Captor Sakura



Les mangas désignent quant à eux les bandes dessinées japonaises. Ils sont en général publiés en format de poche, et se lisent dans le sens japonais, à savoir de gauche a droite. Ils sont la plupart du temps en noir et blanc et se constituent de plusieurs tomes. Certaines séries, avant de connaître le succès et d’être imprimées, sont parues dans des magasines comme le Shonen Jump par exemple, qui a permis à de nombreux auteurs de se faire connaître à leurs débuts. Les mangas diffèrent donc des BD européennes et des comics américains qui sont en général publiés en grand format et en couleurs. Tout comme les animes, on peut remarquer que les mangas sont destinés à un très large public au japon et non seulement aux enfants et aux adolescents mais aussi aux adultes. Ainsi comme les animes il existe plusieurs genres de mangas, enfantins ou gores, sérieux ou délirants, de styles graphiques assez différents. Ainsi, au Japon, chaque tranche d’âge et chaque type de personne, des enfants aux adultes en passant par l’ado en crise et la ménagère de moins de 50 ans, trouvent leur bonheur parmi le large éventail de mangas proposés au Japon.





Il existe un fort lien entre animes et mangas, puisqu’en général, une série animée est tirée d’un manga, ou c’est le manga qui est tiré d’une série animée, avec des conversions plus ou moins bien réussies je dois dire…
Au niveau du style graphique, le style Anime/Manga est très particulier, avec des personnages aux couleurs de cheveux et d’yeux impossibles très expressifs, des mimiques spécifiques aux personnages de ce type d’oeuvre… Même pour un non connaisseur il est en général assez facile de reconnaître le style typique japonais. Cependant les différents auteurs ajoutent leur touche personnelle, et parfois leur style propre se distingue au stéréotype manga, ce qui n’est pas plus mal !
Ensuite, on retrouve en général la culture japonaise dans les Animes ou Mangas : leur nourriture, leur mode de vie (les typiques uniformes des lycéens et lycéennes japonaises), certaines allusions à l’histoire et à la culture du japon qu’un spectateur ou lecteur occidental ne comprend pas forcement. Quoi qu’il en soit on retrouve la patte japonaise, soit au travers des légendes et du folklore local, soit au travers du “Fan Service” typiquement japonais…
Les mangas sont publiés soit par tomes, soit dans des magasines. Quant aux animes, ils peuvent avoir plusieurs formats différents: soit des films, soit des séries (généralement des séries qui passent à la télévision japonaise avant d’être adaptés en DVDs), soit encore des OAV (Original Animation Vidéo)…
Dans le pays du fromage qui pue, on peut retrouver des mangas publiés en Français par différents éditeurs comme Glénat, Pika, Kana etc. mais contrairement au Japon, le choix est encore limité aux gros succès, quoique ces dernières années, le manga en France s’est beaucoup développé. Mais il reste ici ciblé aux adolescents et jeunes adultes, contrairement au Japon où le manga est totalement démocratisé. Les animes, eux, sont publiés en DVD et VHS, soit en version française (caca) soit en version originale sous titrée. Mais, tout comme les mangas, le choix reste, hélas, limite. Quelques séries très connues passent à la télé (en VF en général… caca!) soit sur les chaînes nationales (Pokemon, Card Captor Sakura, Yu Gi Oh, Gundam Wing) soit encore sur les chaînes cablées ( Dragon Ball, Saiyuki, Record of Lodoss War, Nadia et le secret de l’eau bleue, .Hack//Sign sur AB1, Game One, Mangas…).





Sinon, on peut trouver certaines séries en VOST anglaise dans les magasins d’import (City Games à Lyon, Akiba à Paris…). Enfin, on peut trouver sur internet des animes sous titrés par des fans (fansubs), disponibles sur les réseaux Peer-to-Peer en général. A noter toutefois que la distribution de fansubs est interdite une fois que l’anime est licencié en France (c’est à dire que sa publication en France est annoncée)…



HISTORIQUE

Bon, maintenant que vous êtes bien briefés sur les généralités, parlons rapidement de l’historique du genre, apparu au début du XXème siècle au Japon, et de sa démocratisation chez les mangeurs de hamburgers et chez les mangeurs de grenouilles…

Aussi loin que l’on puisse remonter, les tous premiers animes virent le jour au Japon à partir de 1917. Ils étaient liés à des contes de fées japonais, ou issus du “Far West”.
Aux Etats-Unis, le premier anime apparut fut Astro Boy dans les années 60, par le grand TEZUKA Osamu (retenez bien ce nom, il était le « Dieu du manga » au Japon).



Astro Boy



Au Japon, les années 60 sont l’époque des studios Toei, qui a officié des années 50 aux années 70 et produits beaucoup de films assez peu connus aujourd’hui, comme Hakuja den (le serpent blanc) (1958), Gulliver no uchu ryoko (les voyages spatiaux de Gulliver)(1965) ou encore Sora tobu yurei-sen (Le vaisseau-fantome volant) (1969)
,et connu de nombreux artistes de talent comme IKEDA Hiroshi, YABUSHITA Taiji, SERIZAWA Yugo ou encore TAKAHATA Isao. Par la suite, les studios Toei ont fermé mais d’autres sont apparus comme le studio Gainax (Nadia, Evangelion, Furi Kuri), le studio Ghibli (mon voisin Totoro, Princesse Mononoke) pour ne citer qu’eux.

En Europe le monde de l’anime fait une timide entrée à la fin des années 70 avec des séries pour enfants comme Albator 78 et plus tard Albator 84, Cat’s Eyes, Olive et Tom, les mysterieuses cites d’Or, Ulysse 31, Goldorak…



Cat's Eyes



La fin des années 80 et le début des années 90 marquent l’arrivée du Club Dorothée, grâce auquel nos têtes blondes, qui ont 20 ans aujourd’hui, ont connu Dragon Ball Z, Sailor Moon, Jeanne et Serge, Nicky Larson et bien d’autres qui ont été diffusés moins longtemps, comme Max et compagnie ( Kimagure orange road) ou très cher frère (oniisama e).



Dragon Ball | Lady Oscar



Après la fin du club Dorothée sur TF1 en 1994, les animes ont presque quitté notre petit écran de pauvres étudiants, à qui l’on ne propose plus que Pokemon et Digimon (TF1), Card Captor Sakura , Yu Gi Oh… et Transformers (M6).



YuGiHo



Enfin malgré leur disparition sur le petit écran, les animes connaissent un succès grandissant en France, avec de plus en plus de séries adaptées en DVD, soit par coffrets (Fruit basket, Love Hina, Saiyuki, Gun Frontier…) soit par volumes séparés (.Hack//Sign, Witch Hunter Robin, Inu Yasha, Evangelion…). On ne peut qu’espérer, puisque les animes sont à la mode ces temps-ci, qu’ils vont publier de plus en plus de séries ou de films, ici, en France…



.Hack Sign | Inu Yasha



L’origine du manga remonte bien plus loin que celle de l’anime puisque les mangas sont le résultat de milliers d’années d’art pictural Japonais. On peut remonter aux VI ème et VIIème siècle, époque où le bouddhisme fut introduit au Japon. Les temples de Toshodaiji et Horyuji contenaient dans leur décoration les plus anciennes images retraçant une histoire. Les parchemins de récits imagés sont les plus anciennes traces de bande dessinée japonaise, racontant la plupart du temps des récits religieux illustrés de fleurs de cerisiers, feuilles et autres symboles simples à comprendre.
Au milieu du XVIIème siècle apparaissent les Zenga ( Images Zen) qui, à travers des récits humoristiques, avaient pour but d’apprendre la spiritualité.
A la même époque naissait également le Ukiyo-e ( « les peintures de notre bas monde », ce sont les estampes japonaises) ou Art sur bois, qui étaient des dessins du “monde flottant” et sont devenus très populaires dans l’ère Edo (1600-1867) car ils contournaient la censure imposée par le régime dictatorial qui régnait au Japon à cette époque.
Les artistes de Ukiyo-e se sont également tournés vers le Shunga (images de printemps) qui étaient en fait des dessins érotiques. Cependant les shunga ont été censurés au début du XXeme siècle à cause de la nudité qui était alors interdite dans l’art.

Les premiers “Comic Books” sont apparus vers la fin de l’ère Edo, ils étaient constitués de parchemins reliés entre eux ou bien pliés en accordéon. Un peu plus tard apparaît le yibukoshi (couverture jaune) issus des livres illustrés de fables pour enfants.
Par la suite, les mangas ont subi l’influence de l’occident après l’ouverture du Japon sur le monde (fin XIXème siècle, ère Meiji), notamment de la BD française et anglaise importée au début du XXème siècle.
A l’époque de la Seconde Guerre Mondiale, de nombreux mangas de guerre virent le jour. Mais après celle-ci, beaucoup ont été censuré et le Comic est passé de politique à ludique. Les comics étaient encore chers à l’époque, mais par la suite ils se sont démocratisés et sont devenus un moyen d’expression pour des artistes en tous genres. C’est au milieu des années 60 que sont apparus les mangas tels qu’on les connaît aujourd’hui. C’est à cette époque que différents genres sont nés, un pour chaque type d’individu dans la sociéte (un pour les filles, un pour les garçons, un pour les femmes, un pour les businessmen etc)
En France, les mangas ont été inconnus du grand public pendant de nombreuses années. Il a commencé son entrée avec Dragon Ball dans les années 80 mais il a été publié en sens de lecture français, adapté pour le public… Au fil des années de plus en plus de mangas ont été traduit et aujourd’hui on peut en trouver de très différents, publiés dans le sens japonais et ils en vendent même dans les grandes distributions et plus dans les magasins spécialisés uniquement, comme c’était le cas auparavant. Cependant l’univers des mangas en France aujourd’hui est quand même restreint a un public de fans adolescents ou jeunes adultes, et peu connu de nos parents ;P






VOCABULAIRE

Lorsqu’il s’agit de parler manga ou anime, de nombreux mots pas forcements familiers viennent sur la table… alors voila un petit guide du vocab à connaître pour comprendre ce que les fans racontent…

Chibi ou SD (superdeformed) est un style de dessin parodique ou les personnages ont un petit corps et une grosse tête

Cosplay: c’est une manifestation qui consiste à se déguiser en héros de manga ou de jeu vidéo avec le plus de réalisme possible. Le meilleur costume gagne un prix en général…

Fansub ou “ sous-titrage pour fans”, ce sont des épisodes, OAV ou films rippés en DivX puis traduits et sous-titrés par des fans. Il existe pleins de teams qui font des trados dans des langues très diverses (en français, on peut trouver la Zeus Team, Cephiro fansub…). Par contre légalement parlant, le fichier doit être retiré quand l’anime est licencié en France, c’est à dire quand un publicateur achète les droits pour traduire et distribuer en France.

Hentai désigne le genre érotique ou pornographique (non je vais pas vous faire un dessin).

Mangaka est l’artiste, celui qui dessine des mangas.

OAV ou Original Anime Videocassette désigne un format spécial d’anime en quelques épisodes (1 a 13 en général) qui ne sont pas diffusés à la télévision mais directement sortis en DVD ou VHS. Il arrive souvent qu’une série comporte des épisodes télé, des OAV et même parfois un ou plusieurs films…

Otaku désigne le fan de mangas, le dingue qui reste enfermé toute la journée au milieu de ses mangas et animes… on en trouve pas mal au Japon. Enfin ça s’est étendu pour désigné le fan de mangas ou anime en général.

Shojo désigne des mangas ou animes pour filles, comme par exemple Love Hina.

Shonen désigne un genre d’anime ou manga: les mangas pour garçon dont le meilleur exemple est Dragon Ball Z.

VOST : version originale sous titrée (donc pour les animes voix en jap et sous titres en une autre langue,en anglais par exemple) – oui je sais mais bon peut être qu’il y en a qui savent pas ce que c’est VOST-

Yaoi désigne des couples homosexuels

Les particules qui suivent les noms des persos : en général dans un fansub on voit souvent rajouter des suffixes aux noms des personnages quand ils se parlent (par exemple Sasuke-kun)…

Sama veut dire “Maître”. Il est utilisé quand les personnes parlent à quelqu’un de plus haut rang qu’elles.

Sensei c’est le même principe que sama mais en gros on le traduit par “Professeur”.

Sempai est utilisé quand on parle à un supérieur scolaire ou en grade (par exemple quand un collégien parle à un lycéen)

San signifie en gros “monsieur” ou “madame” c’est une marque de politesse.

Kun est au contraire une marque de familiarité envers des potes par exemple

Chan en gros c’est la même idée que pour kun. On le voit parfois utilisé par quelqu’un quand il parle à une personne dont il est amoureux par exemple.

Youkai est utilisé dans certains animes (dans les mangas en général il est traduit). Cela désigne une race qui ressemble à des humains mais qui en général a des pouvoir spirituels. En gros on pourrait traduire par “Monstre” ou “Fantome”, on en retrouve par exemple dans Saiyuki ou dans Inu Yasha.

Hanyo, dans la même idée que celui au dessus. C’est un être mi-humain, mi-youkai (par exemple Gojo et Inu Yasha sont des Hanyo). En général, on trouve ces termes dans les fansubs mais pas dans les produits officiels où ils sont traduits.



LES INCONTOURNABLES

Ici je vais vous présenter un échantillon de ce que je considère comme culte, que tout fan de manga se doit de connaître, et que toute personne qui veut découvrir le monde du manga se doit de voir au moins une fois dans sa vie. Après, il y a tellement d’excellents animes ou mangas, et tellement de nouveautés chaque mois, que j’en ai forcément oublié ! C’est pourquoi à la fin de cette partie j’ai noté une liste de mangas ou animes qui figurent dans ma mangathèque idéale. Après si vous voulez en savoir plus sur les titres dont je vais parler, visitez un peu RPGK on a plein d’articles sur les mangas et animes plus ou moins récents ;)


Evangelion

Type: anime et manga
Studios Gainax
Anime: 26 episodes en 6 DVDs parus et deux films
Mangas: en cours de parution, 8 tomes pour l’instant
Genre: mechas (robots)


2000: le second impact a lieu au pole sud. Officiellement, c’est un météore qui a frappé la terre, il reste très peu de survivants. Ces derniers tentent de se protéger contre des raz de marée dus à la fonte des glaces, et contre des créatures portant le nom d’ “Anges“ qui apparaissent et détruisent tout sur leur passage, demeurant invincibles à cause d’un bouclier nommé AT Field. Une corporation, la NERV, réagit en créant des créatures organiques du nom d’EVA qui possèdent également un AT Field et qui sont les seules à pouvoir tuer les Anges. Or, ces EVAs ne peuvent être pilotées que par des enfants nés le jour du Second Impact…
2015: les pilotes ont 14 ans. La NERV est basée a Tokyo 3 et le troisième ange attaque alors que l’officier Katsuragi va chercher Ikari Shinji, un des ces fameux pilotes…
C’est les studios Gainax (gunbuster) qui, après quatre ans d’hibernation, sortent cette série télé de 26 épisodes qui a eu un tel succès que ce sont ensuivis deux films, “death and rebirth” et “the end of evangelion”. Récemment, un manga a également été publié en France, il reprend l’histoire des 26 épisodes avec quelques minimes modifications (comme la rencontre avec Asuka par exemple) et compte pour l’instant 8 tomes.





Au cours de l’aventure, de nombreux combats auront lieu avec trois EVA nommés EVA 00, pilotée par Rei Ayanami, EVA 01, pilotée par Ikari Shinji et EVA 02, pilotée par Asuka Soryu Langley. D’autres personnages feront leur apparition comme Misato Katsuragi qui héberge Shinji et Asuka, Gendo Ikari qui dirige la NERV, Ritsuko Akagi une amie de Misato et une scientifique au sein de la NERV, Kaji Rioji un ex de Misato, Toji Suzuhara et Aida Kensuke des amis de lycée des pilotes, et bien d’autres encore que vous aurez l’occasion de découvrir…

Pour un anime de méchas, Evangelion est révolutionnaire en introduisant des mechas organiques et donc vivants, des pilotes élus et tout un scénario philosophique et religieux dont il est difficile de cerner la profondeur au premier visionnage… Quoi qu’il en soit, même si les avis sont un peu partagés, Evangelion est un grand succès, et une référence dans le monde des animes (presque) au même titre que Dragon Ball…


Dragon Ball

Type: anime et manga
Toei
Anime: tout plein d’épisodes et encore plus si on compte Dragon Ball GT
Mangas: 42 tomes dans la première édition
Genre: le shonen de base et la base des shonen


Sangoku vivait avec son grand père tranquillement dans une foret. Depuis la mort de son grand-père, il vit seul, et garde comme souvenir de celui-ci, une boule orange avec 4 étoiles dessus. Mais un jour une fille nommée Bulma débarque chez Sangoku et veut prendre la boule, qui est en fait un des sept “Dragon Ball” qui une fois réunies permettent d’exaucer un voeu… Bulma et Sangoku partent donc à la recherche des autres Dragon Ball, et ils vont rencontrer de nombreux ennemis comme l’Armée du Ruban Rouge pour ne citer qu’elle…





Dragon ball Z est une série animée très connue en France puisqu’elle avait été diffusée en VF (caca… on le dit jamais assez) au club dorothée jusqu’en 1994. La série Dragon Ball (l’enfance de Sangoku, avant DBZ) est aujourd’hui diffusée sur AB1 (câble et satellite). Moins connus du public, de nombreux films, OAV et même une suite nommée Dragon Ball GT sont parus en DVD et VHS. Dragon ball est une série tirée d’un manga, publié à partir de 1986 si je ne m’abuse, elle comporte aujourd’hui 42 tomes et elle est achevée. En France, les mangas ont été réédités en volumes doubles (en cours d’édition) et en sens de lecture Japonais (en cours de parution).

Dragon Ball n’est pas, selon moi, le meilleur Shonen, mais il méritait sa place dans les incontournables car c’est un précurseur du genre. Il a inspiré de nombreuses productions actuelles comme Naruto pour ne citer que lui… Il est aussi un shonen de base car il reprend exactement la trame type du genre. Les héros deviennent de plus en plus forts, ils rencontrent un ennemi trop fort, ils s’entraînent, ils le battent, ils en rencontre un encore plus fort etc. Le scénar n’est pas très recherché mais il est efficace. De plus, Dragon ball Z fut l’un des premiers animes diffusés en France à connaître autant de succès et la série manga a permis à de nombreux européens de découvrir la culture manga…


Etant donné que nous avons beaucoup d’articles détaillés sur de nombreux animes sur le site, je vais me contenter de citer les autres qui sont, selon moi, à ne pas manquer…

En mangas on a : Get Backers, Chobits, Love Hina, Naruto, Black Jack, Gunnm, Shaman King, Kenshin, Yureka (c’est un manwha = coréen mais c’est pareil), Bleach, One Piece

Et en anime : Inu Yasha, Love Hina, Saiyuki, Witch Hunter Robin, Hellsing, Gunslinger Girl, FullMetal Alchemist, Evangelion, Escaflowne, Record of Lodoss War, La légende des 12 royaumes, Chrno Crusade, Uchuu no Stellvia, Earth Maiden Arjuna, Cowboy Bebeop, Gundam Seed, Noir, .Hack//Sign

Les films: Akira, Le voyage de Chihiro, Princesse Mononoke, Mon voisin Totoro, Le tombeau des lucioles, Blood the last vampire, Jin Roh, Ghost in the Shell, Perfect Blue, Metropolis

J’en ai sûrement oublié plein, donc si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à les noter en commentaire ;)



COMMERCIAL

Les mangas sont devenus un vrai phénomène de société en Europe, et encore plus au Japon, et les achats de fans représentent un énorme marché… Du coup on voit fleurir toutes sortes de produits dérivés et autres goodies à l’effigie des héros de mangas ou anime : des portes-clefs, des médaillons, des cartes, des horloges, des posters, des peluches, des sacs, des portefeuilles, des T-shirts, des tirelires, les OST, des artbooks, des stylos, des jeux vidéo…
Entrez une fois dans un magasin d’import, et vous verrez… entre les bandeaux Naruto et le médaillon de Squall, vous verrez un porte-clef Totoro, un briquet Fullmetal Alchemist, quelques posters Dragon Ball Z, une horloge Love Hina…
Au niveau des produits dérivés, on peut également trouver des cartes à collectionner, notamment dans le cas de Yu-Gi-Oh ou Duel Masters, des jeux vidéo comme par exemple Dragon Ball Z Budokai (d’ailleurs le 3 vient de sortir c’est une bombe achetez-le ;P), les jeux de combat Naruto, ou encore des jeux Fullmetal Alchemist, Gundam Seed, Saiyuki… dont la plupart n’ont pas quitté les frontières du Japon …

Enfin on retrouve les OST (Original SoundTrack) qui sont des CD de musique regroupant l’ambiance sonore des animes et autres films d’animation (d’ailleurs certains sont magnifiques comme par exemple les OST de .Hack//Sign composée par KAJIURA Yuki) C’est pareil, les OST ne sont pas vendues en France, on peut les retrouver sur internet ou dans les magasins d’import.
Les artbooks sont de grands livres d’illustrations, qui regroupent toutes sortes d’œuvres de mangakas plus ou moins connus. En général les artbooks sont basés sur une série animée ou un manga plus que sur un auteur, et on y retrouve des croquis des différents lieux et personnages, des dessins inédits, des esquisses etc. La plupart sont magnifiques (je vous conseille Saiyuki Salty Dog 1 et 2 ils sont superbes).

-----------------------------

Terminus, tous les voyageurs descendent de voiture. Correspondance RPGKingdom articles et dossiers RPG et anime. Bon voyage à tous ;)
J’espère que cet aperçu du monde du manga vous a plu, n’hésitez pas à me donner votre avis même si c’est pour me tailler (j’ai l’habitude lol) à .
Et puis pour les otaku, désolée si j’ai oublié de parler de votre série préférée, y’en a tellement que j’en ai FORCEMENT oublié, donc n’hésitez pas à en recommander d’autres dans les commentaires.


Strawenix

 
 
Fin page Fin page