RPGK! - rpgkingdom.netRPGK! - rpgkingdom.net  
I'm kupo for kupo nuts! - Moguta, Final Fantasy IX 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Test Array

Reviews Reviews

Kingdom Hearts


Titre: Kingdom Hearts
Plate-forme: Playstation 2
Genre: Action-RPG
Developpeur: Squaresoft
Editeur: Sony Computer Entertainment Europe

Sortie JAP: 28 Mars 2002
Sortie US: 15 Octobre 2002
Sortie Europe: 20 Novembre 2002

Ecrit le 12-04-2004 par Iphnir

9 commentaire(s)

Créant la surprise lors de son annonce en février 2000, Kingdom Hearts avait en effet de quoi surprendre. Réunir deux univers aux penchants plutôt antagonistes, à savoir ceux de Disney et Squaresoft, était un pari osé. Mais avec Tetsuya Nomura (chara design de FFVII, FVIII et FFX, entre autres) aux commandes, on était en droit de s'attendre à quelque chose de bien sympathique. Et heureusement, le résultat escompté est là, malgré quelques légers défauts qui auraient pu êtres évités...



Tout commence sur une petite île, l'Île du Destin, où vivent deux amis depuis longue date, Sora et Riku, respectivement agés de 14 et 15 ans. La jeune Kairi, quand à elle, n'habite sur l'île que depuis quelques années seulement, mais est déjà fortement liée aux deux garçons pré-cités. Jusqu'à maintenant, la vie était calme et paisible sur l'île... Peut-être trop pour nos trois héros, qui ne rêvent que d'aventures et de nouvelles contrées. Ainsi décidèrent-ils de construire un radeau, dans le but de s'échapper de ce lieu devenu trop exigu. Mais la nuit suivant la construction de l'embarcation de fortune, un mystérieux vortex gagne l'Île du Destin, et aspire chacun des trois compagnons, les projetant dans différents mondes. Le personnage que vous dirigerez, à savoir Sora, se réveille dans un étrange lieu, et fait une rencontre tout aussi improbable: le Magicien Donald et le Capitaine Dingo, tout deux en mission pour leur Roi récemment disparu, et qui dans une dernière lettre, leur demandait de retrouver et suivre le "porteur de la Clé". Sora découvrira rapidement qu'il est l'héritier de la Keyblade, cette même Clé que recherchent Donald et Dingo. Ce trio impromptu va ainsi parcourir l'univers à la recherche du Roi, mais aussi de Riku et de Kairi, les deux amis de Sora, tout en affrontant les terribles Sans-Coeurs...




Mais la grande force de Kingdom Hearts ne réside pas dans son scénario, qui n'est pas foncièrement mauvais, mais qui ne décolle jamais vraiment, si on excepte quelques rebondissements bienvenus. Non, la force de KH se trouve dans son univers, ou plutôt ses univers. En effet, vous allez lors du jeu, traverser de nombreux mondes tirés des dessins-animés Disney, et avec eux, les personnages et ennemis inhérents. Et c'est réellement avec grande jouissance que l'on redécouvre le Pays des Merveilles d'Alice, la Jungle de Tarzan ou encore l'Agrabah d'Aladdin, pour ne citer qu'eux. De par leurs différences, visiter chacun des mondes devient un grand plaisir, même si l'on peut en regretter quelques uns, comme le Colisée d'Hercule un peu limité, ou encore l'Atlantica de la Petite Sirène proprement injouable (mais ça doit être une question de goût). L'interêt des différents mondes est de plus renforcé, comme je le disais deux lignes au dessus, par la présence des personnages et ennemis caractèristiques à chacun. Par conséquent, ne soyez pas étonné de voir Jack, Aladdin ou encore Peter Pan venir vous prêter main-forte, tout comme ne soyez pas surpris d'avoir affaire au vil Jafar, ou à la démoniaque Maléfique. L'immersion dans l'univers Disney est poussée à son paroxysme avec les Invocations, non pas de Chimères, mais de personnages Disney, tel le Roi Lion ou la Fée Clochette. Mais la petite surprise (quoique, en est-ce vraiment une... ?) niveau personnage vient surtout de la présence des héros des différents épisodes de Final Fantasy, comme Squall (rebaptisé Leon pour l'occasion), Clad (qui a subi un petit lifting appréciable), ou encore Tidus, même s'il s'avère que certains ont des rôles de figuration plus qu'autre chose.




Comme on le devine facilement, ce sont les graphismes - colorés et enchanteurs - qui font que l'on s'immerge si bien dans les différents univers Disney proposés. En effet, ils sont en 3D, et d'une finesse assez impressionante. De plus, malgré les nombreux ennemis parfois présents sur le terrain, et les salves d'effets visuels à tout va (avec un effet de "freeze" plutôt sympa lorsque l'on tue un Boss), le jeu ne souffre d'aucun ralentissements. Au final, on se retrouve avec une belle démonstration technique de la part de Square, plutôt habitué dans cet exercice, il faut l'avouer. Square dont on retrouve également la patte dans les magnifiques scènes cinématiques, étonnament rares par ailleurs. Mais on pourra tout de même formuler un reproche niveau graphique. En effet, là où l'on se réjouissait des disparités globales entre les différents mondes, on peut-être sceptique quand à leurs différences graphiques. Je m'explique. Si certains disposent d'un "level design" (paraît que c'est comme ça qu'on dit...) des plus agréable, tel les mondes d'Alice ou d'Aladdin, on est en droit de se poser des questions sur le combat contre Ursula, ou encore sur les phases de Shoot en vaisseau qui font office de liens entre les mondes. Phases de Shoot d'ailleurs totalement dénuées d'interêt et trop vite lassantes, je le signale au passage.

A la liste des défauts techniques, on peut également rajouter la caméra, parfois exaspérante. Les combats sont en effet souvent très rythmés, et il arrive qu'elle s'emballe, suite à un mouvement trop brusque, ou du personnage, ou de l'ennemi. Et ça en devient insuportable. Alors certes, il est possible de "Locker" un ennemi, mais là aussi, un mouvement trop brusque et la caméra ne suit plus. De plus, les ennemis s'interposants pour la plupart du temps en grand nombre, il devient difficile de bien gérer le combat. A tel point que l'on ne fait plus attention sur qui l'on tape, se contentant de bourriner avec ferveur le bouton d'attaque. Mais il n'y a pas que lors des combats que la caméra fait des siennes. Certaines phases de jeu souffrent du même problème, et c'est peut-être ce que l'on pourra reprocher le plus à ce Kingdom Hearts...




J'en arrive donc maintenant aux combats, qui fort heureusement, ne se limitent pas à des défauts de caméra. Sachez tout d'abord que KH est un Action-RPG, un Zelda-Like pourrait-on dire, donc "exit" les combats aléatoires et en tours par tours à la Final Fantasy. Ici, les adversaires apparaissent directement sur le terrain et devant vous, sans passer par la case écran noir. Les combats sont dans l'ensemble assez simples, et celà est du principalement au système de jeu, d'une simplicité déconcertante également. En effet, vous ne disposerez que de quelques commandes lors des affrontements, à savoir Attaquer, Magie (+ Invocations), Objets, et des Compétences spéciales différentes suivant votre position par rapport à l'ennemi. Si le tout reste simple, un petit problème se pose cependant: l'accès au menu de choix des objets ou des magies, qui se fait avec le stick droit, n'est pas des plus simple en pleine joute, et l'on est souvent obligé de s'isoler dans un coin pour se guérir. Heureusement, vos deux compagnons présents lors des combats et gérés par l'ordinateur vous seront d'une grande utilité. Ainsi, ils respecteront le comportement que vous aurez défini par avance (offensif, défensif...). Toujours dans une optique très orientée RPG, vous gagnerez de l'expérience en fin de combat, expérience qui augmentera vos niveaux et par la même occasion, vos statistiques. Et puis c'est aussi logiquement que l'on retrouve différentes armes et équipements, que vous récolterez tout au long de l'aventure.

Mais tout ne serait pas aussi rose si le côté musical du titre était raté. Heureusement, il n'en est rien, et c'est même le contraire. Certes, je ne vous cache pas qu'on a le droit à des petites déceptions, mais globalement, Madame Yôko Shimomura (Parasite Eve, Legend of Mana...) s'en sort très bien. On retiendra surtout les thèmes des deux derniers donjons qui sont des exemples de réussite totale, rythmant l'action à souhait. Et dans ces thèmes se trouve le divin "Destati", une vrai perle. Placé à la toute fin du jeu, on ne peut que se délecter d'entendre ce thème, alors que l'on mène les derniers combats. Mais là où Kingdom Hearts fait fort, c'est qu'il parvient à mélanger des thèmes d'ambiances plutôt calmes, à des thèmes qui dès l'apparition d'ennemis à l'écran, s'emballent pour rythmer votre combat. Et puis tout comme dans les derniers Final Fantasy, KH contient un thème chanté, intitulé "Hikari" et chanté par Utada Hikaru, thème assez beau il faut l'avouer. Bien sûr, on retrouvera également quelques morceaux sortit de chez Disney, tels ceux de Winnie l'Ourson ou d'Ariel la Petite Sirène, réorchestrés pour l'occasion. L'autre grand point fort de KH, c'est la présence de voix, et celà pour tout les personnages ! Ainsi, même nos héros de Final Fantasy d'habitude silencieux se voient dotés de la parole. Les personnages de Disney sont quand à eux, doublés par leur voix officielle, pour la grande majorité (aahhh, Donald...). C'est donc encore un bon point pour l'immersion tant recherchée dans l'univers qui a bercé notre enfance.




Il est également bon de signaler que l'Europe dispose d'une version de KH légèrement remixé. Ainsi, outre les traditionnelles bandes noires en haut et en bas de l'écran, dont on fait abstraction rapidement, comme à l'accoutumé, la version européenne de Kingdom Hearts se voit dotée de plusieurs ennemis ultimes en plus, mais également d'un mode "expert", pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux. Ce qui m'amène directement à parler de la durée de vie, plutôt bonne, mais pas équivalente à celle d'un Final Fantasy, il ne faut pas se leurrer. Une trentaine d'heures vous seront nécessaire pour venir à bout du jeu, un peu plus si vous comptez faire les quêtes annexes. Car oui, ne croyez pas y couper, KH contient une bonne dose de quêtes annexes assez sympathiques, des tournois du Colisée aux marques Trio, en passant par les 99 Dalmatiens disséminés un peu partout et qu'il vous faudra récuperer.

Au final, on a affaire à un très bon jeu, aux qualités indéniables, mais aux défauts regrettables. Se ballader dans les différents mondes de Disney, cotoyer les héros qui nous ont fait rêver, dans un Action-RPG à la sauce Squaresoft, c'est un véritable plaisir. Mais ce plaisir est malheureusement entaché par les défauts de caméra, et par des combats qui se résument au final par du bourrinage intensif. Cependant, l'alchimie créée par ce mélange hybride fonctionne parfaitement, et à part aux "Disneyphobes", Kingdom Hearts plaira à tout le monde. Une franche réussite, et un plaisir que l'on espère retrouver dans l'épisode deux actuellement en développement.



Note Finale: 17 / 20
Iphnir

 
 
Fin page Fin page