RPGK! - rpgkingdom.netRPGK! - rpgkingdom.net  
Am I a butterfly dreaming I'm a poet.... Or a bowling ball dreaming I'm a plate of sashimi ? - Doreen, Chrono Trigger 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Test Array

Reviews Reviews

Kingdom Hearts II


Titre: Kingdom Hearts II
Plate-forme: Playstation 2
Genre: Action RPG
Developpeur: Square Enix
Editeur: Square Enix

Sortie JAP: 22/12/2005
Sortie US: 28/03/2006
Sortie Europe: 29/09/2006

Ecrit le 19-11-2006 par Kitty-Cat

16 commentaire(s)




Revenons quelques années en arrière... le 20 novembre 2002. Ce jour là débarque dans nos contrées, un action-rpg qui fait peur à beaucoup. Son nom ? Kingdom Hearts. Pourquoi il fait peur ? Car il allie des persos squares à ceux de Disney, dans leurs mondes respectifs. Une fois la galette insérée avec appréhension dans la PS2, on choisissait fébrilement de commencer une nouvelle partie. Et là... c'est le drame. Ce jeu arrache tout, aussi bien par sa réalisation, sa jouabilité, la façon dont l'univers a été pensé et j'en passe. Bien sûr ce jeu n'est pas exempt de tout défaut, mais ils ne l'empêchent pas de s'inscrire de suite au panthéon des 5 meilleurs Action-RPG jamais créés.

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, KH Chain of Memories est sorti, nous mettant une bonne baffe, bien qu'encore une fois pas parfait. Ce jeu que l'on prenait pour une resucée du premier opus mais sur GBA s'avère à l'arrivée être le lien entre lui et le 2, prévu sur les plannings depuis une éternité. Il nous amène très peu de réponses sur le scénario et aurait même tendance à nous embrouiller encore un peu plus. Ce qui ne fait qu'augmenter notre attente de KH2, supposé clore l'histoire de nos héros.

Revenons maintenant dans le présent. Ou presque. Un jour de fin septembre 2006. Attendu depuis plusieurs années (quand je suis entré à RPGK, on se battait déjà pour savoir qui le testerait, et l'on n'était alors qu'en 2003), Kingdom Hearts 2 débarque enfin dans nos vertes contrées, attendu par des hordes de fans avides. Tout le monde l'attend comme LE messie, l'A-RPG d'exception qui renverra les "... of mana", "Zelda" et consorts à leurs études, qui fera paraître ces grandes séries pour des jeux tout juste bons. Soit. Mais tant de fois nous avons été déçus par ces prétendus "killers" que l'on ne peut s'empêcher d'être circonspects. Alors ? Tuerie, bon jeu ou Daube infâme ? Evolution, révolution ou statu-quo ? Je pourrais vous répondre de suite, mais comme mon boulot reste encore de rendre des reviews, vous êtes une fois de plus partis pour supporter les élucubrations de mon cerveau malade sur plusieurs pages.


~ Prelude To Insanity

Après deux épisodes qui ne faisaient pas dans la dentelle, après la fin de Chain Of Memories qui donne des envies de meurtres sur les membres de l'organisation, après les trailers in-game qui laissaient présager de combats dans tous les sens, chacun est donc en droit de s'attendre à un spectacle sons et lumières de la part de SquareEnix dès la galette insérée. Et c'est là qu'intervient le premier coup de génie de la part des développeurs.

Pas de Sora, de Donald ou de Dingo... pas de sans coeurs, pas de magies qui pètent dans tous les sens. Juste un début coolish, avec un héros dans le même ton. Héros du nom de Roxas. Vous passez d'ailleurs 7 jours avec lui, à enchaîner les petits boulots pour aller à la plage, pour retrouver des voleurs, etc. Ce début dans la cité du crépuscule rappelle un peu le début de l'histoire du premier, sur Destiny Island. Pas de prise de tête, juste un amusement maximal entre potes.

Mais (car il y a toujours un mais), ce garçon est spécial. De plus en plus il rêve de Sora et de ses amis, de plus en plus il voit des choses que ne voient pas les autres, de plus en plus il a l'impression de complètement péter un cable. Et c'est ainsi que monte peu à peu la pression pour lui, jusqu'à ce fameux septième jour.

Certains pourront dire que cela n'est pas ce que l'on attendait, mais moi je considère ce passage comme un coup de force. Outre vous enrichir encore un peu (beaucoup même) un scénario déjà bien garni, il vous fait ronger votre frein question charclage, pour mieux vous relâcher ensuite en pleine mélée.


~ A la recherche de la nouvelle star

Parlons maintenant un peu du casting... et dieu sait qu'il est bien fourni. Entre les héros, les méchants, les bons qui n'en sont pas, les mauvais qui n'en sont pas non plus, y'a de quoi faire. Mais si vous me le permettez, je commencerai par notre équipe de héros, et je ne parlerai (volontairement) pas de certains pour ne rien gâcher à l'histoire.

Sora : Après un premier épisode où l'on a trouvé le bougre attachant et drôle, mais bien niaiseux sur les bords, maintenant qu'il a 17 ans, on attendait mieux venant de lui. Et si, comme le dit mon éminent collègue Moguri, Sora n'est toujours pas un prix nobel, on ne peut nier que sa "psychologie" a furieusement fait un bond en avant. Car même s'il reste blindé de bons sentiments bien mielleux qui dégoulinent, il se fait plus vindicatif, plus "violent", et bien qu'il soit toujours aussi naïf, il énerve beaucoup moins le joueur en réfléchissant plus de 3 millièmes avant de sortir des répliques. Sauf quand il frime, mais c'est toujours marrant de le voir se ridiculiser comme une buse. Seul dommage : A part en Cg, il ne donne pas l'impression d'avoir 17 ans "physiquement".


Donald & Dingo : Les compères du château Disney viennent toujours vous aider et n'ont quant à eux pas changé. Néanmoins c'est ce que l'on attendait d'eux. Entre l'un qui se croit intelligent mais qui est purement débile et l'autre qui est tout l'inverse, ils sont les quelques grammes de finesse dans ces mondes ténébreux. Ils remplissent ainsi parfaitement leur rôle, qui est d'apaiser un peu le cerveau entre deux tranches de scénario.


Kairi : Une des grosses baffes de ce jeu. La première fois qu'on la voit, on se dit tout simplement "Je veux la même en vrai". Et quand elle ouvre la bouche pour en placer une, cela ne fait que confirmer ce que l'on pense. Elle aussi beaucoup moins niaise, elle ne rêve que de revoir Sora et Riku (enfin surtout Sora, parce que c'est son n'amoureux xD). Bien que comme toujours embringuée dans une histoire qui la dépasse, elle n'hésitera pas à se battre pour obtenir ce qu'elle veut.


Roxas : Outre être le personnage avec qui vous effectuez vos premiers pas dans le monde de KH2, c'est aussi quelqu'un d'attachant, qui s'évertue à essayer de comprendre ce qui se passe... bien que n'étant finalement qu'un simple pion dans tout ça. Et c'est sans doute pour cela qu'on s'attache autant à lui, parce qu'il est une victime. Victime qui néanmoins manie furieusement bien la KeyBlade.


Mickey : La cape noire lui va si bien... mais l'on ne peut résumer un personnage à ses simples fringues. Outre une présence accrue par rapport au premier épisode, on note qu'il reste fidèle à lui-même, c'est à dire obnubilé par la sauvegarde des mondes, ce qui ne l'empêche pas pour autant de penser à ses amis ou de reconnaître ses erreurs. Un personnage plaisant en somme.


Axel : Sérieuse énigme que ce personnage. Ni vraiment bon , ni vraiment mauvais, il n'agit que dans un seul but, que vous apprendrez à la fin du jeu. S'il n'a pas le langage le plus mystico-philosophique des hommes en noir, il reste méchamment classe et bénéficie d'une psychologie qui fait que l'on ne peut le détester, même s'il est un casse couilles de premier ordre. Sans spoiler, sachez qu'il est sans doute le plus pathétique, le plus touchant, mais surtout le plus humain des membres de l'organisation. Ce que vous comprendrez en apprenant son but.


L'organisation : Je n'en parlerai que sous cette forme pour ne pas vous dévoiler qui est qui ou qui fait quoi, afin de ne pas gâcher la surprise. Encore une fois, l'on peut remercier Square, ce ne sont pas des méchants parce qu'il en faut, mais des personnes agissant "mal" pour suivre un but qui leur est propre. Si certains sont plutôt drôles voire ridicules, d'autres arrachent méchamment une fois leurs buts et/ou leurs psychologies connus.


Bien sur, certains me reprocheront de ne pas avoir cité Riku ou DiZ, mais c'est volontaire. Mais c'est par volonté de ne pas les spoiler, un peu comme pour l'organisation. Sachez néanmoins qu'ici n'est présente qu'une très petite partie du casting, et surtout que les personnages Disney ont été parfaitement respectés, d'où leur "omission", puisque je ne voyais pas l'intérêt de réserver un paragraphe à chaque fois pour des personnages que tout le monde connait.



~ Et le gameplay, toujours aussi bourrin ?

Et bien non monsieur. Même si les combats sont plus violents. Oui, je sais, vous allez encore vous dire "Kitty il a trop forcé sur la Zubrowska" mais non. Ici, plus de "Je martèle le X et je balance des magies de temps en temps pour me soigner. Même si ce bouton va souffrir avec ce jeu, Square a pensé à ajouter quelques notions de finesse à son gameplay. Histoire que le bouton triangle ait une utilité. Je m'explique :

Prenons un combat contre des sans coeurs par exemple. Parfois sur l'écran vous allez voir apparaître un triangle vert. Si vous êtes assez rapide pour appuyer sur la touche en question, cela lancera soit une attaque spéciale de Sora (si les autres sont trop loin pour l'aider), soit une attaque en coopération avec un des deux larrons l'accompagnant. Outre être furieusement dévastatrice et pratique pour faire le ménage, cette "option" devient carrément indispensable dans certains combats si vous voulez éclater celui qui vous fait face (généralement un boss) On peut néanmoins regretter simplement une chose : Devoir parfois continuer à attaquer soi même en même temps que l'on martèle triangle, ce qui ne s'avère pas toujours pratique. (je pense à une des techniques particulièrement dévastatrice où Donald et Sora font équipe.)

Mais ce n'est pas non plus la seule utilisation du bouton triangle... il vous permet maintenant d'ouvrir les coffres, même en plein combat, d'accéder à des plates formes innacessibles autrement (par exemple, si vous voulez monter sur le toit du tram dans la cité du crépuscule, le seul moyen au début est d'utiliser le skateboard (mais vous retomberez) ou la touche triangle (et là vous ne retomberez pas))

Pour autant, Square ne s'est pas arrêté là dans les modifications de son système de combat. Vous avez en effet maintenant la possibilité de fusionner une fois votre barre de flux suffisament remplie. Si au début cela n'est possible qu'avec Dingo, ensuite il existe d'autres formes, nécessitant Donald, voire même les deux. C'est par contre à double tranchant. Evidemment, ça augmente furieusement votre puissance MAIS comme vous avez moins d'équipiers vous aurez beaucoup plus d'ennemis à affronter. Cela ne s'utilise donc pas n'importe quand. Si vous savez quand utiliser cette technique, vous ferez par contre de sérieux ravages, je vous le garantis.

Bref, que dire ? Que la maniabilité est parfaite ? Non évidemment, puisqu'il reste quelques tout petits défauts. Néanmoins, de "bourrine" dans le premier volet, elle est passé à "tactique" si ce n'est même "stratégique". L'essentiel reste en tout cas que l'on a jamais à s'en plaindre, et que SquareEnix a su parfaitement améliorer un système qui était "plus que pas mal" pour le faire évoluer en "furieusement bon".

~ Ikaruga-like ?

Bien sur que non. Néanmoins, la refonte totale des passages en gummi ship est une franche réussite. Si dans KH premier du nom, ces passages étaient d'une chiantitude infinie, vous avez maintenant en face de vous un vrai mini-jeu, voire même un jeu à lui tout seul. Le temps de quelques minutes, KH2 devient un shoot à part entière, jouissif au plus haut point. Cela reste moins beau que le reste du jeu, mais l'on a nettement moins l'impression d'un mode fait à la va vite. Vous pourrez même vous refaire ces passages dans le but de débloquer quelques bonus bien sympathiques.


~ Agence de voyage RPG Kingdom, Bonjour...

Parce que Square-Enix ne fait pas des cross over du pauvre, vous ne vous contentez pas d'utiliser des personnages Disney, vous allez aussi dans leurs mondes. Et c'est là une des nouvelles claques made in KH2. Si dans le premier opus on pouvait reprocher que la plupart des mondes soient courts, voire même que certains étaient carrément chiants, ici tout a changé. N'importe lequel des mondes est vaste, rempli de choses à faire, et bénéficie d'un très grand soin dans son traitement.

De plus, les histoires respectives sont nettement plus respectées, à tel point qu'exceptée la présence de Sora et des sans coeurs, on se croirait vraiment dans un jeu tiré du film en question la plupart du temps. Bien sûr encore une fois, les mondes Disney sont bien plus présents que les autres, mais à aucun moment on en fait une overdose, le déroulement du jeu permettant de s'accorder quelques tranches de boîte au carré entre deux bouts de pain de celle à la souris.

On notera aussi un choix plutôt réussi quant aux films réutilisés ici, car outre un intérêt sans cesse renouvelé par le changement d'univers, on ne se farcit pas non plus que des mondes niaiseux (Château Disney, La petite sirène), mais aussi d'autres plus noirs (L'étrange Noël de Mr Jack, Tron, Pirates des caraïbes) sans les être complètement... cet apanage étant réservé à ceux de Square.

Je pourrais aussi citer le dernier monde, qui est une petite merveille autant dans son graphisme, sa conception que l'idée depuis laquelle il démarre, mais je n'ai pas souhaité spoiler le jeu à qui que que ce soit. Mais bien que les autres mondes soient réussis eux aussi, il est franchement une classe au dessus... et donne envie d'un jeu qui ne se passerait que dans un univers comme lui. Retenez juste ceci : Si les mondes qui l'ont précédé vous ont déjà tué les rétines, mettez une couche, car celui ci vous tuera carrément le slip, rien que par son nom original. (cent fois plus beau que le nom français pourtant pas si dégueulasse que ça quand on y refléchit.)


~ Un petit peu de technique dans ce monde d'onirisme

Cette partie sera relativement courte car je pense que les screens parleront d'eux même, au moins pour les graphismes. Mais encore une fois revenons en arrière, à l'époque de la sortie du premier opus. En 2002, il bénéficie de ce qui se fait de mieux en matière de moteur en full-3D, que ça soit pour les personnages ou les décors, qu'on croirait sortis directement de leur dessin animé. Quant à l'animation, à part peut-être deux fois sur 30 heures de jeu, elle est d'une fluidité exemplaire, fluidité typique d'ailleurs d'un DA.

Et en 2006, le moteur de KH reste parmi ce qui se fait de mieux sur la machine. Square pourrait donc se contenter de le laisser tel quel sans que personne ne trouve rien à redire. Mais non. Un énorme travail a été effectué. Si à l'écran, l'on n'a pas forcément l'impression que c'est plus beau, si l'on analyse bien, la différence est flagrante. Les développeurs ont su tirer la quintessence de l'Emotion Engine pour rendre encore plus expressifs leurs personnages.

Simplement, quelques animations supplémentaires, cela n'était pas encore suffisant. Et outre avoir agrandi les mondes, ils ont aussi agrandi les zones. (par exemple, si traverser d'une "porte" à une autre prenait 10 secondes en ligne droite dans le monde d'Aladdin pour KH, comptez ici le triple) L'on n'oubliera pas non plus l'adaptation particulièrement réussie de Tron et Pirates des Caraibes, qui pourtant ne sont pas des dessins animés, mais des films. Pourtant à l'écran, à aucun moment une quelconque différence ne se fera sentir.

Bien sur, les graphismes ne sont pas tout, surtout si l'animation qui va avec n'est pas exemplaire. Et là encore, quelle claque. Exit les rares ralentissements, exit l'animation identique quelque soit le monde. Ici, tout a été travaillé pour que, quelque soit le Disney que l'on revisite, Sora et compagnie n'aient pas l'air décalés. Pour reprendre l'exemple précédent, une fois de plus, même dans les mondes non-DA, rien ne choque. Alors à moins de ne pas avoir aimé le premier opus sur cette question là, et au vu des améliorations apportées ici, personne ne pourra se plaindre d'un point de vue technique.

N'oublions pas non plus l'animation lors des combats. Et là une fois de plus, on ne peut nullement être déçu. Même quand ça pète dans tous les sens, même quand on affronte 1000 sans coeurs (oui ca arrive messieurs) en même temps, tout est fluide, tout est déluge de couleurs, tout est frénétique, et pour la refaire Moguri style... c'est la classe.

Restait un gros point noir : La caméra. Et là aussi, un très bon boulot a été effectué. Déjà, vous pouvez maintenant vraiment la contrôler, à l'aide du stick analogique droit. Mais permettre un meilleur contrôle ne veut pas dire que le système est meilleur je le conçois. Mais là aussi SquareEnix a rectifié le tir. Sur 30-40 heures de partie, j'ai eu à replacer la caméra à peine plus de quatre ou cinq fois, ce qui signifie selon mes critères un très bon système (car j'aime bien tout tenter pour faire bugger les caméras, oui messieurs)

Un nouveau bon point pour la boite carrée donc dans le domaine technique. Kingdom Hearts est actuellement ce qui se fait de mieux en Europe au niveau graphique, et je ne pense pas que quiconque ira s'en plaindre. Bien sur, il faut accrocher au style particulier rendu obligatoire par le fait d'être un crossover, mais je pense que même les détracteurs de Disney s'accorderont sur les qualités visuelles du soft.


~ La musiqueeeeeeeeuh, oui la musiqueuuuuuuuuuuh

A partir d'ici, la plupart de ce que j'écrirai est à prendre avec des pincettes. Pourquoi ? Car pour certains comme il a été dit sur le forum, "Je ne suis pas vraiment sur qu'a 25 ans on a encore envie de voir un Disney et encore moins de voir des perso Disney dans un jeu vidéo." (c'est pas mon avis m'enfin...) Mais revenons à nos moutons, c'est à dire, la bande-son.

Il faut déjà savoir que comme pour le premier, elle est, en grosse partie, constituée de reprises de thèmes Disney... qui sont en général très loin d'être mauvais. Mais leurs reprises valent-elles le coup ? De mon humble avis, assurément oui. Quel bonheur d'entendre de nouveau "Sous l'océan" ou le thème de La Belle et La Bête, réorchestrés ni trop ni pas assez. Bien sur, comme expliqué dans le paragraphe précédent, si vous n'aimez pas les BO de disney, vous risquez de ne pas aimer.

N'oublions pas non plus les morceaux originaux de Mlle Shinomura, comme celui de Twilight Town par exemple. Excepté une reprise par moments d' Hikari, le thème du premier, elle est complètement repartie de zéro. Et comme à chacune des OST qu'elle a commises, le travail est d'excellente facture, sachant se faire épique, calme ou triste s'il le faut.

Reste le thème d'intro et de fin, "Passion" de Miss Utada Hikaru. Honnêtement, quand je l'ai entendue sans les images du jeu il y a un an, je n'étais pas franchement convaincu. Mais quand j'ai vu l'intro, et surtout la fin, j'ai alors compris que je m'étais fourré le doigt dans l'oeil et ce, au moins jusqu'à l'omoplate. Evidemment, il faut aimer le style J-pop de ce morceau, mais il est parfaitement accordé à ce qui se passe à l'image. Et c'est quand même bien cela qu'on lui demande.

Vous vous doutez donc que mon avis sur ce point particulier du jeu sera éminement positif, mais peut-être pas aussi appuyé que pour le premier opus, car même si "Passion" est un très bon thème, il est loin d'être aussi marquant qu'avait pu l'être "Hikari" à l'époque. Certains penseront peut-être différement que moi à ce sujet, mais bien évidemment, un test restant un test, il y a forcément une part de subjectif dans tout cela. Et puis ce n'est pas parce que je trouve ce morceau moins "fort" que je ne l'ai pas aimé, bien au contraire. La preuve, je suis justement en train de l'écouter au moment même... (oui, je me suis payé l'ost de KH2 et alors )


~ Et côté scénario, ça tient la route ou pas ?

Square aurait pu se contenter de nous réecrire une histoire comme quoi les sans coeurs étaient de retour, et qu'il faudrait leur botter le cul tout en retrouvant la trace de Riku, Mickey et j'en passe. On aurait alors dit "Bon scénar, dommage qu'ils n'aient pas plus fouillé". Mais évidemment, si ils ont soigné dans les moindres détails le reste du jeu, ce n'était pas pour se chier dessus ici. Et là, cela dépasse toutes les espérances. Ce que je vais essayer de vous démontrer, en spoilant le moins possible.

L'équipe scénaristique, outre nous pondre un scénario 3 en 1 (je reprends l'histoire des préquelles, je développe ma propre histoire, j'emmène subreciptement vers une autre) a su parfaitement le mettre en scène, par exemple alterner les temps morts avec l'action, les questions et les révélations. Mais ces révélations sont amenées de telle manière que plus vous en apprenez, moins vous comprenez, et plus vous avez envie de voir la suite, ce qui vous amène à visiter les mondes avec toujours autant d'envie, même au bout de 30 heures de jeu.

Arrive alors la fin, et son lot de révélations. Et là c'est le choc. Tout s'éclaire, tout devient simple et logique. Vous en êtes limite à vous dire "Ouah, putain, trop mortel" tant à chaque fois ce que vous apprenez était évident tout autant que farfelu et compliqué. Et pourtant, et c'est là ce qui rend ce scénar si génial, il reste à la portée de tous du petit comme du grand.

Je m'explique : Si le petit restera scotché par les rebondissements en pagaille, le coté héroique, la victoire du bien sur le mal tout ça tout ça, le grand verra lui ce que j'appellerai la "deuxième lecture" du scénario, peut-être pas une reflexion philosophique forcément, mais une reflexion néanmoins plutôt pas mal poussée sur ces mêmes thèmes du bien du mal, de l'amitié et j'en passe.
Les gamins n'y verront qu'émerveillement, les grands y verront émerveillement plus une reflexion posée.

Vous vouliez que ca châble avec les sans coeurs ? Vous vouliez de nouveaux ennemis ? Vous vouliez un lien logique entre les trois KH ? Vous vouliez une mise en scène stylée ? Vous vouliez savoir si Kairi, Riku et Sora finissent ensemble ? Vous vouliez de l'onirisme ? Finissez le jeu et vous aurez une réponse à toutes ces questions. Mais pour ce qui est de l'onirisme et du style de la mise en scène, rassurez vous, c'est furieusement présent, tout comme la qualité scénaristique (je précise pour les trois idiots du fond qui se seraient endormis pendant cette partie).

Mais non contents de boucler l'histoire commencée dans le premier, les scénaristes nous réservent une magnifique ouverture pour un KH3, encore plus violent, encore plus recherché, encore plus Square quoi. Et ceci se confirme lorsque l'on voit la fin cachée de cet opus, très Final Fantasiesque. A ce sujet, j'ai même une théorie un peu dingue dans mon esprit qui me fait espérer (jusqu'à ce que l'on en sache plus) que KH3 = FF Versus XIII.


~ Avis général

Voilà ici une des parties les plus difficiles de ce test. Comment rester objectif quand on sort à peine d'un stage intensif de KH2 et qu'en plus, on a "kiffé" comme pas permis. Honnêtement, j'en ai aucune idée, mais je vais essayer quand même. Pour bien commencer, je vais m'atteler à répondre aux questions de mon intro.

Evolution, révolution ou statu-quo ? Un peu des trois en fait. Si certains points n'ont pas changé, car ils n'en avaient pas le besoin, d'autres ont été améliorés afin de rendre par exemple le jeu nettement moins brouillon (principal reproche fait à KH premier du nom) sans pour autant que le rythme en pâtisse. Et c'est justement ces évolutions accollées à ces statu-quos qui amène à LA révolution : Pas de point noir bien rédhibitoire comme il peut en exister d'habitude, même dans un Final Fantasy.

Par extension, ce paragraphe répond en partie à la question "Daube Infâme ou ...". Mais après, tout reste une question d'avis. Ceux qui ne sont pas fans d'A-RPG ainsi que ceux qui n'aiment pas/plus Disney ne verront là qu'un bon jeu qui aurait gagné à être traité de façon différente, là où les autres trouveront ce jeu excellent, voire même proche de la perfection. Ce qui est d'ailleurs mon avis.

Car oui, pour moi, ce jeu est LE messie, celui qui éclate tous les A-RPG réunis, même les plus grands comme les Mana (et pourtant dieu sait que j'adore cette série) ou Zelda. Bien sûr, encore plus que d'habitude, cela n'engage que moi car chacun verra midi à sa porte même ceux qui trouveront le jeu excellent. C'est pour cela que je vais tenter de vous expliquer le pourquoi du comment.


~ Kitty, pourquoi tu as aimé ?

Tout d'abord, pour la qualité du scénario. Moi qui ai pour d'habitude d'élaborer des théories farfelues, j'ai eu quatre ans pour m'en donner à coeur joie. Et pendant que je jouais, j'échafaudais là encore plein de théories. Et malgré ça, les scénaristes ont malgré tout réussi à me surprendre quasiment à chaque fois, là où même dans un FF ou un Star Ocean, je prévois 50% des rebondissements. C'est là déjà la première raison.

Je pourrais aussi citer les qualités techniques, mais non. Car rien ne m'empêche d'aimer un jeu moche du moment qu'il est plaisant. Tout comme l'inverse. Alors évidemment, je ne peux que me réjouir d'avoir un jeu techniquement quasi parfait. Mais là dessus ne se base pas l'essentiel de mon jugement. Par contre, le fait de pouvoir revivre les Disney au travers d'un jeu, tout comme d'en apprécier les musiques réorchestrées m'a fait grandement plaisir, et fait partie des raisons qui font que j'ai autant accrochées.

Mais là, je dérive un peu du sujet. La vraie question était "Pourquoi est-ce que KH2 enterre tout le monde selon toi ?" Et cela tient à pas grand chose finalement. Mais surtout à quelque chose de rare : L'absence totale de défauts. Même s'il y a parfois quelques rares moments où les combats sont bordéliques, où la caméra suit avec un peu de retard, où on ne sait pas trop ce que l'on doit faire pour continuer l'aventure, jamais cela n'en devient chiant comme ça peut l'être dans d'autres jeux.

Pour autant, je ne dis pas qu'aucun jeu ne dépassera jamais Kingdom Hearts 2. Si "Secret Of Mana" ramait moins, si "Legend Of Mana" avait été plus clair et plus équilibré, si FF7 ne souffrait pas d'un manque furieux de rythme au second cd, sans doute les aurais-je placés juste au dessus. Mais ces trois jeux que je prends en exemple ont leurs défauts... que comme expliqué précedemment, je ne retrouve pas dans ce jeu.
En fait, pour résumer en une phrase les quatre paragraphes de cette partie : Kingdom Hearts 2 est le jeu qui se rapproche sans doute le plus de MA définition du jeu vidéo/RPG et du plaisir qu'il peut apporter. C'est pour cela que je le considère comme le meilleur RPG actuel, et même le meilleur RPG tout court. D'où la note suivante, qui je me doute ne manquera pas de faire jaser...



Note Finale: 20 / 20
Kitty-Cat

 
 
Fin page Fin page