Blah, blah, blah. Yeah, so? - Tidus, Final Fantasy X 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Test Array

Reviews Reviews

Secret Of Mana


Titre: Secret Of Mana
Plate-forme: Super Nintendo
Genre: Action RPG
Developpeur: Squaresoft
Editeur: Nintendo

Sortie JAP: 06/08/1993
Sortie US: ??/10/1993
Sortie Europe: 24/11/1994

Ecrit le 11-06-2006 par CidKain

11 commentaire(s)



Que voilà ? Un article signé CidKain ? Eh oui, encore plus improbable que réussir la chasse au dahut, mais pourtant vrai, voici venu un article de moi. Applause.
Passons sur cette pré-intro assez hors propos, et penchons-nous sur Seiken Densetsu II, évidemment beaucoup plus connu sous le nom de Secret of Mana en Europe. Etant le deuxième volet de la saga SD, un bref historique est de rigueur, historique relativement intéressant car il nous apprend en effet que le premier Seiken Densetsu est tout sauf trouvable en terminaison "of Mana", à l'inverse du reste des Seiken Densetsu. En effet, Seiken Densetsu premier du nom s'appelait The Final Fantasy Adventure aux US et.... Mystic Quest en Europe ! Et oui, c'est bien lui, là, qui se cache dans le fond. Cependant, revenons à nos moutons avec ce fameux Seiken Densetsu II, objet de cette review.

1. Le Fort Mana, lieu mythique de l'histoire de la planète Mana.
2. Le héros et l'épée Mana.


Posons le décor de Secret of Mana. Un beau jour, un des peuples de la planète Mana édifie, grâce à l'énergie Mana, une forteresse volante, immense et surpuissante nomée le Fort Mana, dans le but de défier l'infini. Outrés par cet acte, les dieux entamèrent une guerre contre ce peuple. Cependant, cette terrible guerre alla presque jusqu'à détruire la planète. Cette fin fut cependant évitée grâce au sacrifice d'un homme qui mit fin à la guerre en détruisant le Fort Mana grâce à une épée déjà légendaire : l'épée Mana. Enfin, je dis "le sacrifice d'un homme", mais avec tout ça, ce fut l'intégralité du peuple en guerre qui disparut. Forcément, ça met un froid.
Plusieurs années plus tard, nous voilà en présence de trois jeunes hommes sur un tronc en haut d'une cascade. En cherchant qui sera le héros, on voit un des trois gaillards glisser comme un benêt et tomber. Inutile de se moquer de lui, parce que c'est justement votre héros. Pour faire bref, ce jeune homme, que ses deux camarades ont laissé tombé (c'est le cas de le dire) pour rentrer au village, va se retrouver nez à nez avec l'épée Mana, qui, depuis l'oeuvre funeste qu'elle eut accomplie, sert de sceau protecteur des environs en empêchant les monstres d'approcher. Notre héros, toujours en quête involontaire de se faire remarquer, retire l'épée et brise le sceau.

Après le drame de la chûte, votre héros devra livrer une bataille épique contre des lapins carnivores


Vous voyez un peu le tableau. Banni du village, votre héros va devoir, pour commencer, rendre sa force à l'épée pour recréer le sceau, cependant ce serait trop simple d'en rester là. Au fut et à mesure que vous devrez arpenter le monde pour rendre sa force à l'épée, votre quête va finalement devenir une véritable épopée visant le sauvetage de la planète. Cela fait beaucoup pour notre héros, qui a un père qui se révèle être Paul, le légendaire chevalier qui fracassa le Fort Mana, et une mère disons... très proche des arbres (évitons de trop en dévoiler). Mais heureusement, tout n'est pas perdu pour lui : je n'ai pas encore terminé ma review. Ouf !

1 & 2. Le conseil se réunit afin de décider du sort du héros. Il sera banni du village jusqu'à ce qu'il répare le sceau.
3. Grâce aux frères Canon, disséminés partout sur la planète, vous pourrez voyager par les airs.


~ Une quête agronomique

Vous voilà donc, vous, petit bout de bonhomme, à devoir réparer vos dégâts. Après une rencontre musclée avec votre premier boss (le jeu en est d'ailleurs garni d'une quarantaine), vous allez faire la rencontre de Jean, un ancien compagnon de route de votre père, qui va vous guider de temps au temps durant le jeu, puis de Lucie, gardienne du temple de l'eau. Nous en venons donc au but de votre quête. Pour rétablir le sceau qui protégeait votre village, Lucie vous confie qu'il vous faut restaurer l'épée grâce aux 8 graines de l'arbre Mana (un arbre géant qui génère le pouvoir magique et l'équilibre de la planète), disséminées un peu partout dans le monde, auxquelles correspondent chacune un élément magique : l'eau, la terre, le vent, le feu, la lumière, les ténèbres, la Lune et enfin la Nature, ou plus particulièrement la magie Mana. Ainsi débute votre aventure, qui bien entendu, ne va pas se limiter à caresser des graines avec votre épée. Pour commencer, vous rencontrerez rapidement deux compagnons de route, une jeune fille et un jeune elfe. De plus, vous n'êtes pas seul à chercher le pouvoir des graines et la puissance Mana, et votre adversaire, Thanatos, se révèlera redoutablement cruel tout au long de votre aventure envers chacun de vos personnages. Secret of Mana propose donc ici un mélange très savoureux dans son scénario, alignant à la fois de nombreux traits d'humour et également un nombre conséquents de drames, parfois très lourds à surpasser pour vos héros. Mais cessons là le résumé de l'histoire, elle est tellement magique que la dévoiler serait du gachis.

1. Mantides, votre premier boss. Si vous mourrez, vous serez ressucité par Jean.
2. Voici Jean, chevalier de Tanisca. Avec Lucie, la gardienne du temple de l'eau, il vous guidera tout le long du jeu.
3. La restauration de la première graine, sous le regard bienveillant de Lucie.


~ Système de jeu et généralités

Jamais deux sans trois

Vous remarquerez que je n'emploie pas de prénoms pour nos trois héros. En effet, si la version japonaise les avait doté de jolis petits prénoms, la version européenne ne les a pas gardé. Je les appelerai donc ici, pour une meilleure compréhension, "le garçon", "la fille" et "l'elfe" (chose très originale, vous en conviendrez). Restons en justement à nos héros pour commencer, avec, comme dit précédemment, une possibilité de binome/trinome. En effet, SoM vous offre la possibilité, grâce au multipad, de progresser jusqu'à trois joueurs humains en même temps durant la partie. Cela apporte une touche de fun au jeu, permettant, lorsqu'une bourde a été faite, de rejeter la faute crier sur vos deux autres camarades de jeu. Même si cet aspect est assez sympa, il n'est cependant pas transcendant au niveau pratique ; vous ne pouvez pas ouvrir le menu de plusieurs persos en même temps, ce qui est dommage lors des battailles magiques où vous souhaitez bourriner avec l'elfe ou la fille. De plus, vos trois persos doivent rester assez groupés pour progresser, pour que l'écran puisse bouger (en effet, si un joueur veut aller à gauche et l'autre à droite, vous comprenez que c'est pas la joie). Cela rejoint un des rares défauts que je ferai au jeu, qui est le déplacement de vos camarades décédés. Quand ils se bloquent dans un morceau de décor et vous empêchent de bouger (bah oui, l'écran reste coincé) alors que 3 ennemis assoiffés de sang et beaucoup plus forts que vous vous courent après, vous en avez vite marre. Un défaut assez énervant quand il survient, et c'est souvent quand on en a pas besoin qu'il survient... Enfin bref, une chose est sûre au milieu de ce paragraphe trop long, c'est que le trinôme que vous dirigerez vous permettra de mener des batailles équilibrées. Si le garçon possède une force physique et un nombre de HP plus élevés que ceux de la fille et de l'elfe, ces deux derniers peuvent, en contrepartie, user de magie. Et pour équilibrer encore plus la chose, la fille est spécialiste en magie de soutien et l'elfe en magie d'attaque. Et dieu sait que vous aurez besoin de ces trois guerilleros et de leurs talents, car vous allez faire le tour du monde (qui est grand) pour achever votre quête et mériter votre pause clope.


1. Voici la vue du monde, lorsque vous chevauchez Flammy, votre dragon perso.
2. Si vous aviez du mal à croire aux villages de champignons, attendez de recontrer leur roi.
3. La joie de voir vos compagnons morts vous empêcher de progresser pourra être parfois assez stressant...
4. ... Mais ce n'est rien par rapport au même problème qui se pose alors qu'ils sont vivants...


Au menu, de la magie, des armes, des dragons, des enclumes, des fraises tagada...

Continuons dans le système de jeu de SoM, qui est centré sur un assortiments de menus (magies/armes/objets/tout le reste). Vous pouvez accéder à ces derniers, le tout très rapidement ; sur ce point, reconnaissons un système facile et rapide d'accès : toute la configuration se fera d'ailleurs via ces menus.

Le menu Armes reste très simple à décrire. Il vous permet de choisir entre 8 types d'armes différentes. Tout au long du jeu, vous pourrez découvrir des sphères d'armes. Il en existe 7 par arme, à chaque sphère d'arme découverte, vous pourrez faire forger l'arme correspondante pour l'améliorer. Sachant que vous pouvez concentrer votre force en gardant le bouton d'attaque appuyé pour faire augmenter une jauge, et que chaque sphère ajoutée à votre arme vous permet d'atteindre un palier supérieur, vous pensez bien qu'un coup donné lorsque la jauge de concentration atteint le niveau 8 fait très mal.

Grâce à votre ami nain forgeron Vulk, vous pourrez placer des attaques de plus en plus puissantes. On peut voir une belle attaque de niveau 8 sur la troisième image.


Le menu Magie, avec les différents éléments magiques qui augmenteront au fil de votre quête. Si chaque Elément magique vous offrira trois magies par héros (la fille et l'elfe seulement, je vous le rappelle), l'elfe possèdera exclusivement des magies offensives, qu'elles ôtent des HP, des MP, ou altèrent l'état des ennemis ; alors que la fille, mise à part l'exception de magies comme Rayon Pur, sera utile pour créer des défenses autour de vos personnages, les guérir, donner des pouvoirs magiques à leurs armes ou encore améliorer temporairement leurs caractéristiques. A l'instar des armes, les magies verront leur niveau augmenter durant votre quête. Ici, ce ne sont pas des sphères qui vous aideront à franchir les 8 paliers de niveaux, mais le nombre de graines que vous aurez restauré grâce à la force de l'Epée Mana ; cela correspond en gros au nombre d'éléments magiques que vous disposez (qui comme par hasard, sont au nombre de huit, elle est pas belle la vie ?). A chaque fois que votre élément magique augmente d'un niveau, les trois magies qu'il propose voient leur animation varier pour leur donner un aspect plus impressionnant. Vous aurez même droit à des animations spéciales une fois le niveau 8 dépassé, stoppant le jeu pour vous laisser baver devant la puissance de vos héros plein de classe.

On peut voir que les animations spéciales du niveau 8 sont soit impressionnantes (les dragons de feu), soit super funs (la grimace de la boule de boue).


Le menu Objets vous proposera, lui, de choisir entre divers objets achetés ou trouvés, ainsi que des objets rares. Au menu, de nombreux objets curatifs, mais également des objets utiles tels la Corde, qui vous permet lorsque vous êtes dans un palais, de revenir au début de celui-ci. Utile quand vos deux alliés sont morts, que vous n'avez plus de magie ni d'objets de soin, n'est-ce pas ? On pourra également noter la présence, au bout de quelques heures de jeu, d'un tambour destiné à faire apparaître un dragon qui vous aidera à vous déplacer de par le monde.

1. La puissance des cachous vous redonne 100 points de vie. Quelle grande classe !
2. Les coffres donnés par certains ennemis renferment parfois bien des surprises. Ici, un kilo d'herbe.
3. Dans la foulée, on peut voir que les alliés se soignent à l'eau de vie. On n'arrête pas l'avancée des drogues...


Le menu "Icônes" (dixit le guide officiel), que je renommerai bien évidemment le menu Fourre-tout, vous permettra, quant à lui, de gérer tout le reste du jeu. Je pense qu'il n'est pas utile de développer en détail, mais disons que vous pourrez définir le comportement de l'IA de vos compagnons, changer vos armures, mais surtout, contrôler le statut de votre personnage (connaître ses stats détaillées ses exps et tout ce qui attrait au caractère de l'expérience de jeu) ainsi que le niveau de vos armes et magies. Et oui, c'est bien beau d'avoir des paliers de niveau, encore faut-il faire grimper votre niveau jusqu'à chaque palier. Pour cela, rien de plus simple : plus vous tuerez d'ennemis avec une arme, plus le niveau de cette arme augmentera ; et plus vous utiliserez une magie, plus son niveau augmentera. Ca se mérite, une attaque niveau 8 !

L'écran de statut vous permettra d'en apprendre plus sur Cool, notre petit elfe. L'écran de niveau armes/magie nous confirme qu'il maîtrise totalement tous les éléments magiques. Enfin, l'écran d'action nous montre que Cool n'a pas un tempérament très cool quand il est dirigé par l'IA.


Enfin, les plus attentifs d'entre-vous auront noté la présence de fraises tagada dans mon titre. Les voici. Merci.



~ Enruoter elituni ertit nu iciov

Dessine moi un arbre

Secret Of Mana possède un univers graphique riche et est très agréable à jouer visuellement. Non seulement les graphismes sont d'une excellente qualité, en plus de l'exploitation du Mode 7 de la SNES, mais sont également d'une variété très intéressante. Les animations sont bien travaillées, il suffit de jeter un coup d'oeil aux magies dans les derniers niveaux. Par richesse dans la diversité des graphismes, j'entends bien évidemment les 81 ennemis différents (comme des lapins, des loups, des méduses, des yeux, des courgettes, des canards et des champignons pas mignons pour ne citer qu'eux) et la quarantaine de boss (comme des tigres, des murs, des serpents, des chauve-souris, et des flaques notamment), qui animeront un périple capable d'anéantir tout être humain normal d'une pneumonie tellement les climats visités varient. En forêt, dans une grotte, sur des hautes montagnes, dans le désert de sable ou de glace, vous aurez l'occasion de goûter à toutes sortes d'écosystèmes. Vous aurez l'occasion d'endosser une soixantaine d'équipements de protection différents, de quoi ravir les fous de mannequinat.


1. Aurifera, la ville du roi Midas. Elle est entièrement constituée d'or, même les lits de l'auberge. D'où le prix chéros de la nuit.
2. Une fois transformés en Mimis, une espèce locale, vos persos ne peuvent plus frapper tant que leur état n'est pas retourné à la normale.


Requiem for a Tree

Le dernier aspect que j'évoquerai dans cette review est bien entendu celui de la bande son. Eh bien, histoire de ne pas faire dans l'originalité, je dirai que là aussi on a affaire à de la qualité. De la grande qualité. Si l'univers sonore de Secret Of Mana vous plongera dans l'atmosphère très prenante du jeu, la musique, signée de la main de Hiroki Kikuta prend elle aussi une part très importante dans l'ambiance du jeu. J'aurai du mal à résumer tout ce que la bande originale m'inspire, donc je me contenterai de dire que l'immersion est totale, avec des thèmes de combats très entrainants (le combat final...), des thèmes tristes à faire pleurer, et tout ce qui peut contribuer à la grandeur d'un jeu de rôle. C'est magique, tout simplement.

1. Tom (le blondinet) est le fiancé de la fille du groupe. Même si sa présence se fait très rare dans le jeu, il restera un personnage clé jusqu'à la fin.
2. Au sommet de la plus haute montagne de la plus haute région du plus haut pays etc.
3. Le fouêt se révèlera indispensable pour franchir quelques fossés.



Secret Of Mana, je me répète, est un grand jeu. C'est la seule chose qui me retient de revendre ma SNES, il fait partie des jeux snes que tout bon amateur de rpgs console doit avoir. Plus que ça, d'une manière personnelle, c'est le jeu qui m'a le plus boulversé tous genres et supports confondus. Malgré une traduction parfois hésitante, la diversité graphique et sonore accompagnée d'une variété de lieux, de personnages et d'ennemis, rendent ce jeu plus qu'incontournable à mon humble avis de mauvais rédacteur, et j'encourage tout le monde à jouer à ce jeu qui malgré son âge avancé, reste une perle rare.

1. Et hop, voilà l'Hermine, l'armure de corps la plus puissante du jeu.
2. Une dédicace à mon ami Kyoshiro pour clore cette review : la ville de Kakkara.



Note Finale: 19 / 20
CidKain

 
 
Fin page Fin page