RPGK! - rpgkingdom.netRPGK! - rpgkingdom.net  
Hey! That's cheating. Take it back. - Id, Xenogears 
 
Top page  
Accueil
Forum
Chat ! ( connecté )
Coin des fans
Guestbook
Liens
Skins
Historique
Staff
Statistiques

News
Encyclopédie
Reviews
Previews
Dossiers
Biographies
Japanime
Articles Divers
Critiques d'OST

Wallpapers
Artworks
Musiques midis
Partitions de musique
Lyrics

A propos
Roms Nes
Roms SuperNes
Roms GameBoy
Roms Megadrive

Final Fantasy Ring
RPG Soluce
Son of Destiny
RPG-Z
Lost Edens
Legendra
RPG Emulation
Fantasy-Source
Creative Uncut
Finaland
Jin'sei RPG
JV-RPG
Alpha-Emul


  

 

Test Array

Reviews Reviews

Sword of Mana


Titre: Sword of Mana
Plate-forme: GameBoy Advance
Genre: Action-RPG
Developpeur: SquareEnix
Editeur: SquareEnix

Sortie JAP: 29 Août 2003
Sortie US: 1 Décembre 2003
Sortie Europe: 18 Mars 2004

Ecrit le 04-09-2004 par Ashe

12 commentaire(s)

La Game Boy Advance est vraiment la console du nostalgique comme nous le prouve encore une fois SquareEnix avec cette réédition du tout premier épisode des Seiken Densetsu, nommé à l’époque Mystic Quest et mis au goût du jour sous l’appellation de Sword of Mana. Pourtant il ne s’agira pas ici de la révélation attendue par tous les fans tant le jeux présente de petits défauts agaçants. Presque un bon jeu, c’est ce que nous allons voir.




Le scénario, si l’on peut vraiment parler ainsi, est assez simple comme dans tous les épisodes de Seiken Densetsu. Votre but ultime est de trouver l’arbre de Mana et pour vous aider dans cette quête difficile vous aurez pêle-mêle le choix de jouer un gladiateur ou une fille de Mana pour détruire le méchant Chevalier Noir responsable de tous vos maux. Que tous les fans des histoires bien rodées se rassurent, ça se complique légèrement ensuite néanmoins ça ne prend à aucun moment la saveur intrigante remplie de suspens d’un vrai RPG et c’est bien dommage.



Le choix très important que vous aurez à faire dès le début : jouer la fille ou le garçon.


Le système de combat et d’évolution du personnage est lui beaucoup plus prenant. Ce qui ressort assez rapidement, c’est le dynamisme de l’action, vous aurez ainsi constamment à gérer l’esquive et la contre attaque face aux monstres. Tourner autour de ces derniers restant souvent la meilleure solution, dans votre bal meurtrier le pauvre joystick va subir. La magie, qui rentre en jeu assez rapidement, est par contre moins bien gérée, même si elle semble au début parfaite pour le personnage féminin du fait de sa baguette, on sentira vite la limite. Le jeu perd énormément de son dynamisme tant le temps nécessaire à la récupération du mana est long. De plus, même à haut niveau, la boule de feu reste moins efficace qu’une bonne épée ce qui est franchement dommage. Embrasser la carrière de magicien n’a donc comme seule qualité de rendre le jeu beaucoup plus long.



Le dynamisme des combats est assez flagrant dès le début de l’aventure || A la manière d’un Golden Sun, ce sont des esprit qui vous permettent de lancer des sorts, ici Lumina qui a la gentillesse de vous soigner tout le long du jeu.


Mais parlons du système d’évolution, monter en level n’est pas très dur et demandera au pire un peu de patience comme dans la plupart des jeux Square. Par contre les options proposées sont assez intéressantes, vous aurez à chaque fois à choisir une classe représentant les caractéristiques de votre évolution. Aussi pour vous donnez un exemple, le guerrier vous rajoutera beaucoup de points de vie et de défense, assortis d’un petit zeste d’attaque et de mana. Là où ça devient réellement excitant, c’est qu’en fonction de la combinaison des classes choisies, votre personnage pourra se voir attribuer différents bonus tous plus nécessaires les uns que les autres. Un gladiateur, par exemple, qui vous demande 10 niveaux de classe guerrier et 5 de classe aléatoire se voit pourvu d’une amélioration conséquente de sa puissance de frappe à l’épée. Le jeu se refait donc agréablement pour tester de nouvelles combinaisons et jouer un personnage toujours différent, du tout bon.



Heureusement un bon vieux tableau récapitulatif est présent pour vous rappeler où en est votre évolution.


Vous aurez, bien sur, rapidement à faire le choix entre guerrier ou magicien ce qui décide de votre puissance magique et physique mais aussi de votre résistance. Dans les 2 cas, passé un certain niveau, les ennemis ne sont pas particulièrement difficiles à défaire (ce qui est assez dommage dans le cas des boss). D’un autre côté, vous serez loin d’être invulnérable, si les ennemis meurent facilement, il en va de même pour vous. Le guerrier rend l’âme après 2 ou 3 attaques magiques, alors que le magicien souffrira énormément de chaque coup d’épée reçu. Ce qui aurait pu être intéressant dans un jeu multijoueur impliquant une coopération à 2 est ici un calvaire tant certains ennemis semblent ridicules et d’autres surpuissants.



Encore un boss d’une facilité déconcertante à défaire. Ici il s’agit du premier mais aucun ne pose réellement problème tout au long du jeu.


Mais dès qu’on s’arrête sur la durée de vie, le jeu présente une faiblesse importante. Comme je l’ai dis, finir le jeu en tant que guerrier est beaucoup plus simple, votre résistance et votre force vous aiderons tellement contre les boss que finalement on arrive à la fin sans avoir pu profiter du soft. Comptez un peu plus de 15 heures pour un habitué des A-RPG ce qui est carrément décevant. Par contre, l’aventure sous la forme d’un magicien vous prendra pas loin de 25 heures tant le temps que vous mettrez à récupérer du mana est long et la nécessité de gagner en niveau et de découvrir les points faibles de l’ennemi, est importante. Malheureusement ce sont 10 heures de calvaire que vous gagnerez et on ne peut en aucun cas dire que l’histoire en est rallongée.

Passons ces quelques défauts pour parler rapidement de la technique. Je veux bien sûr parler des graphismes et de l’univers sonore, et là, inutile de dire que pour de la Game Boy, c’est plutôt réussie. Mignon à souhait, coloré, détaillé et très net, on ne regrette jamais de se balader dans le monde de Sword of Mana, les programmeurs de Square connaissent autant leur boulot que les limites du support et nous servent des titres optimisés au maximum. Niveau sonore c’est pareil, malgré le problème qui se pose dû à la très mauvaise qualité du son qui s’échappe de la GBA, on ne peut qu’encourager ces mélodies entraînantes et toujours choisies intelligemment en fonction du lieu, du moment ou des personnages.



Le jeu gère un système de jour/nuit qui change complètement la donne des ennemis rencontrés.


Au final que dire de ce Sword of Mana ? Qu’on en sort un poil déçu. Dans l’ensemble le soft est excellent, le principe du jeu dynamique, la qualité technique est là et le scénario bien que simplet donne une réalité et un but à l’action. Néanmoins c’est du côté du gameplay que Square nous a habitué à mieux, le jeu est loin d’être mauvais mais les petits détails agaçants l’empêchent d’atteindre une perfection que l’acheteur est en droit d’exiger. A conseiller aux fans des Seiken Densetsu et aux néophytes voulant s’essayer aux A-RPG, sinon faites le vous prêter.



Note Finale: 14 / 20
Ashe

 
 
Fin page Fin page